"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2442441 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Forces économiques : vœux du Président de la République

Quoi de neuf ailleurs ?

article suivant


Forces économiques : vœux du Président de la République



En pleine crise économique et sociale, le président de la République fait un discours d’autosatisfaction en présentant ses vœux aux "forces économiques". "Je vous demande d’être confiants, de ne pas avoir peur de l’avenir, nous sommes dans la bonne direction", dit-il.

Si ce discours plaît aux plus riches, aux actionnaires, aux financiers et banquiers dont les intérêts ont été sauvegardés grâce à l’argent public, le monde du travail n’y se retrouve absolument pas.

Par ce discours, le président veut accréditer l’idée qu’il faut poursuivre les politiques qui ont fait tant de dégâts sociaux.

"La France a mieux résisté que les autres", dit le président. Il omet de préciser que si la France fait moins pire, c’est essentiellement grâce à notre régime de protection sociale. Or ce régime est menacé par les politiques de monsieur Sarkozy et les réformes que veut mettre en place son gouvernement.

Au lieu d’augmenter les impôts des plus riches, le Président veut réduire les dépenses publiques, ce qui se traduira par une dégradation de la qualité des services publics et des suppressions de postes dans la fonction publique. En revanche, il défend la suppression de la taxe professionnelle, qui va conduire à une hausse des impôts locaux payés par les ménages, et l’instauration de la taxe carbone qui, elle aussi, pèsera sur les salariés et les ménages à revenu modeste.

"Le pouvoir d’achat a continué à progresser pendant la crise", dit le président. Cette affirmation est très loin de ce que vivent dans leur quotidien des centaines de milliers de salariés qui ont perdu leur emploi l’année dernière, de même que la masse des privés d’emploi et la majorité des salariés et des retraités qui souffrent de la faiblesse de leur pouvoir d’achat et qui voient leur consommation diminuer.

Les salariés, les privés d’emploi, les retraités en ont assez des discours tranquillisants. Ils veulent des emplois stables, une hausse des salaires et pensions, l’amélioration du pouvoir d’achat, la garantie des services publics de qualité. Les politiques de monsieur Sarkozy s’y opposent.

Pour satisfaire ces revendications, il faut changer de politique et valoriser réellement le travail.

La CGT continue la bataille pour porter ces revendications, conformément aux décisions de son 49ème congrès.



Article mis en ligne le 7 janvier 2010 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68