"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2392958 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 15 septembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
300 000 emplois industriels détruits : les salariés veulent des réponses immédiates

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


300 000 emplois industriels détruits : les salariés veulent des réponses immédiates



Les salariés veulent des réponses immédiates face à l’urgence de la situation !

Les salariés de l’industrie se mobilisent largement depuis plusieurs mois pour leur avenir et celui de l’industrie tant la situation de l’emploi est préoccupante et l’action du gouvernement totalement inexistante. Ce sont plus de 300000 emplois détruits depuis un an et une tendance qui s’accélère depuis ces dernières semaines :

Total, Kohler, SODIMATEX, DIM… ce sont en tout des milliers de salariés qui subissent l’angoisse des suppressions d’emplois et l’incertitude des lendemains.

Si la responsabilité incombe aux stratégies de ces grands groupes tournés vers leurs actionnaires, les marchés financiers et sans aucune vision industrielle, la responsabilité des pouvoirs publics et du gouvernement est aussi totalement engagée.

Le Gouvernement, Président de la République en tête, peut jurer son attachement aux usines et à l’industrie. En réalité, il s’agit surtout de paroles avec des actes en faveur des seuls industriels et du patronat.

Il refuse par exemple toute idée de contrôle des fonds publics ou de droit d’intervention des salariés sur les choix stratégiques des entreprises. Les conclusions présidentielles des travaux Etats Généraux de l’Industrie se sont traduites par des cadeaux fiscaux sans aucune contrepartie ; quant aux revendications des salariés, c’est une fin de non recevoir que leur a signifiée Le Président de La République.

La CGT réclame de toute urgence la mise en place du droit suspensif sur les licenciements pour les salariés, le renforcement de la présence des salariés dans les conseils d’administration et la mise en place de la sécurité sociale professionnelle. Seules ces mesures courageuses peuvent arrêter la saignée d’emplois que subissent les salariés.

Les salariés ont toutes les raisons d’amplifier les mobilisations dans leurs entreprises, dans les territoires, et de participer massivement aux prochaines journées nationales de manifestations, de grèves interprofessionnelles et unitaires.



Article mis en ligne le 3 avril 2010 par Laurent

Popularité de l'article :
0%

lespapillonsblancs68