"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2431208 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Accord de Prague sur le désarmement : on est loin d’un monde sans armes nucléaires

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Accord de Prague sur le désarmement : on est loin d’un monde sans armes nucléaires



Les États-Unis et la Russie viennent de signer, jeudi 8 avril, un accord sur le désarmement nucléaire prenant la suite du traité START 1 de 1991. Si cet accord va dans le sens du désarmement souhaité par la CGT, il est loin de correspondre à une politique réelle de désarmement nucléaire en vue d’une éradication de cette arme de destruction massive.

Réduire le plafond maximum à 1550 têtes nucléaires et 800 lanceurs pour chacun de ces pays est loin d’être à la hauteur de l’ambition affichée dans les discours du prix Nobel de la Paix, à savoir "rechercher la paix et la sécurité d’un monde sans armes nucléaires".

Cette réduction reste donc très modeste et au delà de l’affichage, elle n’opère en rien un revirement sur la politique de dissuasion de ces deux pays.

Rappelons que chaque tête nucléaire actuelle a une puissance destructrice très largement supérieure à celle utilisée au Japon en 1945.

Les autres pays détenant, officiellement ou officieusement, l’arme nucléaire doivent aussi prendre le chemin de la suppression des armes de destruction massive, à commencer par la France qui détient plus de 300 têtes nucléaires.

Contrairement à ce que peuvent écrire les partisans de ces armes, elles n’ont jamais été un facteur de paix. Et les nombreux conflits actuels dans le monde en témoignent.

Lors de son dernier congrès, la CGT s’est à nouveau prononcé pour l’éradication de toutes les armes de destruction massive, nucléaires, bactériologiques, radiologiques et chimiques afin de "convertir ces économies de guerre en économies de paix" comme le demande la Confédération Syndicale Internationale.

Pour la France, le budget annuel consacré à la dissuasion nucléaire dépasse les 3,5 milliards d’€.

En cette période de crise économique et sociale, la CGT demande la réorientation de ces crédits dans un processus de désarmement nucléaire sous couvert d’un Pôle Public National de Défense et au profit de l’emploi industriel et de l’investissement public.



Article mis en ligne le 9 avril 2010 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68