"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2406988 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Grèce : solidarité avec le peuple grec

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Grèce : solidarité avec le peuple grec



Au motif de porter secours à la Grèce, dont la population est tragiquement frappée par la crise, quelques 50 milliards d’€ de prêts lui seraient accordés par les pays de la zone Euros et le FMI. La mise en œuvre de ce plan devrait faire l’objet d’un lancement officiel depuis Bruxelles le 10 mai prochain.

Mais peut-on encore parler d’une aide lorsque les taux d’intérêts pratiqués par les prêteurs sont trois points plus élevés que ceux dont bénéficient la France ou l’Allemagne sur les marchés financiers ?

Où réside la solidarité quand les conditions fixées pour l’octroi de ces prêts conduisent la Grèce à augmenter les taxes à la consommation, à repousser immédiatement de deux ans l’âge légal de départ en retraite, à baisser les salaires des fonctionnaires, à programmer de drastiques réductions d’emplois dans les services publics ?

Comment accepter que la crise en Grèce signe l’effacement de la solidarité que devrait incarner l’Europe au profit du jeu politique des états membres et de l’intervention d’une institution financière multilatérale extérieure à l’Union Européenne ?

Pourquoi tolérer que cette crise enrichisse les spéculateurs, ceux là mêmes qui portent une responsabilité colossale dans son déclenchement ? Comment ne pas se questionner sur le rôle d’agences de notation qui, sans contrôle démocratique, ont laissé se détériorer une situation sans tirer les signaux d’alarme ?

Le risque est grand de voir se développer encore davantage la surenchère anti-dépenses publiques, hypocritement nourrie de l’exemple grec, pour appuyer les mesures d’austérité s’attaquant aux retraites, aux garanties et à la protection sociales, aux services publics, … Ces mesures constituent pour de nombreux gouvernements, hier en Irlande, aujourd’hui en Grèce, demain au Portugal, en Espagne ou en France, les gages qu’ils souhaitent donner aux marchés financiers.

Face à ces logiques, il est urgent de construire une véritable solidarité européenne, au service des peuples, non subordonnée aux intérêts financiers et seule garante d’un réel progrès social à l’échelle du continent.

Afin de marquer son soutien et sa solidarité avec la population Grecque, la CGT enverra une délégation à Athènes pour prendre part à la grande manifestation organisée le 5 mai à l’initiative de la Confédération Générale du Travail de Grèce (GSEE) et de La Fédération des Syndicats de la Fonction Publique (ADEDY).



Article mis en ligne le 29 avril 2010 par Laurent

Popularité de l'article :
0%

lespapillonsblancs68