"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2430258 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Conditions de travail : l’enjeu du bien travailler

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Conditions de travail : l’enjeu du bien travailler



Le Conseil d’Orientation des Conditions de Travail (COCT) s’est réuni aujourd’hui, 11 mai, en présence du Ministre du travail.

La CGT y a exprimé l’urgence d’amplifier la mobilisation de toutes et tous pour agir pour le bien-être au travail et l’efficacité comme le souligne le rapport H. LACHMANN, Ch. LAROSE, M. PENICAUD.

L’enjeu du bien travailler est source du bien vieillir. La sous-activité des 20/30 ans et 50/60 ans entraîne une suractivité des 30-50 ans avec les conséquences que nous connaissons. La crise n’a fait qu’amplifier cette situation. Les sacrifiés de la crise, comme les rescapés, en subissent les effets.

Il y a donc urgence à mettre en place des dispositifs pour diminuer la précarité dans le privé comme dans le public, urgence à aboutir sur la pénibilité.

Nous avons besoin de parler du travail réel plutôt que le nier et donc que la parole soit donnée aux salariés ainsi que des possibilités nouvelles d’intervention aux délégués CHSCT pour renforcer les prérogatives d’actions de celles et ceux qui travaillent. Combien d’entreprises et d’administrations de la fonction publique suppriment des emplois sans même se soucier du travail réel à effectuer ?

Pour répondre à cette urgence, il est nécessaire que les moyens soient attribués au COCT en lien avec les acteurs mobilisés (ANACT, Sécurité Sociale, services de l’Etat, unités de recherche…) car, sans moyens, les ambitions du Plan Santé au Travail resteront un catalogue de bonnes intentions.

De même, il y a urgence à ce qu’un projet de loi audacieux soit proposé concernant l’avenir des services de santé au travail. Un avenir qui passe par une médecine du travail pleinement intégrée dans la reconnaissance du travail comme l’un des déterminants de santé publique et par l’engagement des organisations syndicales confédérées dans la gouvernance des services de santé au travail.

La CGT a fait des propositions en ce sens.



Article mis en ligne le 11 mai 2010 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68