"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2407966 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Filière de Démantèlement des navires en fin de vie : coulée avant d’être créée ?

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Filière de Démantèlement des navires en fin de vie : coulée avant d’être créée ?



Les propositions et actions de la CGT pour une filière de démantèlement des navires en fin de vie dérangent en hauts lieux.

Ce mercredi 30 juin 2010, le collectif confédéral de la CGT en charge de ce dossier entendait visiter des installations de la Marine Nationale implantées au sein de l’Arsenal de Brest.

Ces installations sont disponibles pour y accueillir des activités industrielles potentielles, liées à cette nouvelle filière.

Par l’intermédiaire des autorités de la Marine Nationale, le Ministère de la Défense a fait savoir son refus d’autoriser cette visite.

Le prétexte invoqué étant que "la mission parlementaire", installée par le Premier Ministre et dont la CGT est membre, n’est pas terminée.

Ce prétexte est, pour la CGT, irrecevable.

Les raisons de ce refus résident dans l’opposition stérile de la Marine Nationale et de l’industriel public DCNS de s’inscrire dans le projet de création et de développement de cette nouvelle filière industrielle française, dont elle est l’un des engagements issus du Grenelle de la Mer des 15 et 16 Juillet 2009.

Cette opposition, soutenue par le Ministre de la Défense, a été confirmée par les représentants de la Marine Nationale lors de l’audition de la CGT du 26 Mars 2010 par la "mission parlementaire". Voilà qui traduit une belle imposture ! Les uns et les autres l’ont facile puisque dès l’été 2009, le conseil interministériel de la mer adoptait, sous la houlette de Matignon, un livre, contesté par les syndicats et les ONG, sur la stratégie maritime de la France et totalement expurgé de toutes les dispositions sociales et industrielles actées dans la négociation, dont cette filière de dé-pollution et de dé-construction.

La CGT se refuse à voir ce projet et ces engagements être remis en question au nom du plan de rigueur en préparation.

Entrer dans le "monde d’après", comme le vante le slogan publicitaire du Ministère de l’Environnement, nécessite d’appliquer aujourd’hui les engagements du Grenelle de la Mer de 2009. Le jour de la négociation, le Ministre d’Etat avait pourtant fait de ce sujet l’axe fort de sa communication.

Pour sa part, la CGT est résolue à poursuivre son action pour que cette filière de démantèlement des navires se concrétise dès cette année 2010.

C’est possible. Les sites industriels, privés et publics existent. Les atouts humains aussi.

Dès la rentrée, la CGT renouvellera sa demande de visiter les installations de la Marine Nationale à Brest.

Elle interviendra prochainement auprès du Ministre d’Etat, Ministre de l’Environnement et de la Mer afin qu’il traduise en actes les engagements pris il y a bientôt 1 an.

Dans le prolongement des actions entreprises pour porter ses propositions en faveur de cette nouvelle filière, la CGT s’engage à construire dès la rentrée, une initiative régionale sur les enjeux sociaux, industriels et environnementaux qu’une telle activité industrielle est appelée à générer. Elle sera l’une des 100 initiatives que la CGT propose dans le cadre de son action en faveur d’une nouvelle politique industrielle française et industrielle.



Article mis en ligne le 1er juillet 2010 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68