"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2393619 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 15 septembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
La duperie du gouvernement sur les chiffres du chômage

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


La duperie du gouvernement sur les chiffres du chômage



Non, le discours triomphaliste du gouvernement à la suite de la publication par pôle emploi des chiffres du chômage en juillet n’est pas de mise. Si le nombre de chômeurs inscrits en catégorie A baisse légèrement (- 14000), le nombre total des chômeurs, toutes catégories confondues, augmente bel et bien (+5300).

Le chômage de longue durée est en hausse de 0,8% en juillet et de 27,6% en l’espace d’un an. Celui des plus de 50 ans augmente de 1,1% et de 17% en un an. Selon Eurostat, le taux de chômage en France est passé de 9,5% à 10% de juin 2009 à juin 2010. Pas de quoi pavoiser, d’autant que le chômage chez nos voisins allemands a connu une trajectoire inverse, passant de 7,7% à 7% durant la même période.

En réalité, le chômage de masse persiste en France et les prévisions du taux de croissance n’autorisent malheureusement pas l’optimisme du gouvernement, qui tente de faire oublier ses échecs sur le terrain économique et social. Mme Lagarde en son temps expliquait qu’une croissance de 2,5% était nécessaire pour que notre économie créée à nouveau de l’emploi. Que l’on sache, nous en sommes loin ! Et nombre d’économistes élèvent la voix pour dire, à l’instar de la CGT, que la politique de rigueur qui se profile risque de tuer la croissance dans l’œuf. Seule une véritable politique industrielle et de revalorisation du travail serait de nature à relancer l’emploi.

Sans attendre, il est nécessaire de supprimer la disposition relative aux heures supplémentaires défiscalisées (en forte hausse en septembre ), inscrite dans la loi Tepa, qui joue objectivement contre l’emploi. Et de réorienter les nombreuses aides publiques versées aux entreprises, qui ne constituent aujourd’hui qu’un effet d’aubaine. Seule la mobilisation permettra de peser sur les choix du gouvernement.

La CGT appelle donc l’ensemble des demandeurs d’emploi, des salariés et des retraités à manifester le 7 septembre pour qu’enfin ce gouvernement se décide à faire de l’emploi une véritable priorité.



Article mis en ligne le 27 août 2010 par Laurent

Popularité de l'article :
0%

lespapillonsblancs68