"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2392969 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 15 septembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Plan de financement de la Sécurité sociale 2011 : le gouvernement de l’injustice

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Plan de financement de la Sécurité sociale 2011 : le gouvernement de l’injustice



Dans son acharnement à remettre en cause le droit à la retraite à 60 ans, le pouvoir actuel n’oublie pas de s’occuper de l’autre déterminant de notre système de Sécurité sociale : l’assurance maladie.

Ainsi, porté par son obsession à ne surtout pas déplaire à la finance ni au Medef, un plan de redressement des comptes de la branche maladie est en préparation avec des mesures qui ne se conjuguent, comme pour la retraite, qu’au mode de l’injustice.

Après le monde du travail, le gouvernement cible les malades et les plus faibles en voulant encore diminuer le montant des remboursements des médicaments, des actes médicaux en milieu hospitalier, et en remettant en cause la prise en charge à 100% des affections de longue durée (ALD).

Ce sont des mesures irresponsables en matière de santé publique car elles organisent l’exclusion des soins des populations déjà fragilisées. Ce sont des mesures indignes car elles provoquent de fait un transfert des coûts sur les complémentaires maladies, qui ne pouvant vivre à crédit, vont de manière catastrophique faire exploser le montant des cotisations. En clair, 2,5 milliards d’€ seront uniquement à la charge des assurés sociaux.

En organisant le transfert au privé du financement et des responsabilités, ce sont les valeurs fondatrices de la Sécurité sociale où chacun cotise suivant ses moyens pour recevoir suivant ses besoins qui sont remises en cause.

Ce sont des mesures inefficaces car elles ne répondent en rien aux défis posés par l’émergence d’un nouveau système de santé et de Sécurité sociale au service de l’ensemble de la population.

Le droit à une juste retraite, avec la prise en compte des pénibilités du travail, rythme depuis des mois les grèves et manifestations dans tout le pays. Elles doivent s’amplifier plus que jamais après ces annonces contre les assurés sociaux et les malades, qui vont encore accroître les inégalités sociales et de santé.

Le 23 septembre prochain, portons l’exigence d’une autre politique de mise en sécurité sociale, avec un droit à la retraite possible dès 60 ans et un accès à la santé pour toutes et tous.



Article mis en ligne le 20 septembre 2010 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68