"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2438100 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
La CGT soutien l’appel à l’initiative de France terre d’asile : la France doit apporter une réponse digne et responsable à la question tunisienne

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


La CGT soutien l’appel à l’initiative de France terre d’asile : la France doit apporter une réponse digne et responsable à la question tunisienne



Depuis janvier 2011, plus de 20 000 Tunisiens sont arrivés sur les côtes italiennes et quelques milliers, qui se sont vus délivrer par Rome une autorisation provisoire de séjour à titre humanitaire, se sont dirigés vers la France. Certains errent aujourd’hui dans les rues et les squares des grandes villes, Marseille, Nantes et surtout Paris. Ils bénéficient du soutien d’urgence que leur apportent les associations, certaines municipalités et d’une importante entraide communautaire et citoyenne. Cela ne suffit évidemment pas.

Face à cette situation chaque jour plus dramatique, le gouvernement français, guidé par des considérations de politiques internes, a déployé une série de réponses totalement inadaptées : multiplication d’interventions policières, placement en garde à vue, en centre de rétention, blocage de la frontière franco-italienne et réadmission de Tunisiens vers l’Italie. La France manque à sa réputation de patrie des droits de l’Homme et déroge aux principes qu’elle a toujours défendus.

Nous sommes en droit d’attendre de notre pays une autre réponse, digne et responsable, qui porte nos valeurs. Les personnalités et organisations signataires refusent l’instrumentalisation idéologique et politique de cette situation et en appellent au gouvernement français pour qu’il adopte des solutions à la hauteur des enjeux.

Nous demandons pour cela que le gouvernement :
- Cesse les interventions policières sur les lieux de rassemblement des Tunisiens : ces interventions sont discriminatoires, agressives et inutiles.
- Propose un dispositif d’accueil temporaire.
- Mette en place un dispositif spécifique d’aide au retour volontaire pour les Tunisiens qui souhaitent retourner dans leur pays : cette mesure permettrait d’organiser des retours de manière digne et humaine à un coût qui ne serait pas plus élevé que le coût de la politique actuelle.
- Considère la situation des Tunisiens qui pourraient entrer dans des dispositifs d’accès au séjour ou de formation professionnelle, notamment dans le cadre des accords migratoires franco-tunisiens.
- Contribue, y compris dans le cadre européen, à une aide significative au développement économique et social de la nouvelle démocratie tunisienne.
- Encourage la solidarité européenne en matière d’accueil des migrants. Prendre ces mesures simples et humaines c’est bien peu quand on sait que la Tunisie a accueilli 300 000 déplacés de la crise libyenne en faisant preuve d’un élan de solidarité exceptionnel. En entendant notre appel, la France s’honorerait de renouer avec des principes qui ont inspiré les différents mouvements de ce printemps arabe tant salué et de la révolution du Jasmin en particulier.

Pour signer cet appel, rendez-vous sur www.france-terre-asile.org

Avec le soutien des organisations et associations suivantes : Aurore, Association Emmaüs, l’Association service social familial migrants (ASSFAM), l’Association des Tunisiens de France (ATDF), le Centre d’action sociale protestant (CAPS), le collectif Urgence Darfour, la Confédération française démocratique du travail (CFDT), la Confédération générale du travail (CGT), le Conseil représentatif des associations noires (CRAN), la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (FNARS), la Fédération syndicale unitaire (FSU), la Fondation Abbé Pierre, Forum réfugiés, le Grand Orient de France, la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA), le Parti communiste français (PCF), le Parti radical de gauche, le Parti socialiste (PS), SOS Racisme, l’Union nationale des étudiants de France (UNEF), l’Union nationale lycéenne (UNL)


Article mis en ligne le 10 mai 2011 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68