"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2392263 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 15 septembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Dialogue social : le patronat refuse toujours de négocier sur le partage des richesses !

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Dialogue social : le patronat refuse toujours de négocier sur le partage des richesses !



Le 27 mai matin s’est tenue une nouvelle réunion de la délibération nationale interprofessionnelle sur la "modernisation du dialogue social".

En préliminaire, la délégation de la CGT a demandé au MEDEF de clarifier sa position suite à ses prises de position ambiguës.

Depuis l’ouverture de ce cycle de discussions, en mai 2009, il s’oppose avec les autres organisations patronales aux demandes d’ouverture d’une négociation nationale sur le partage des richesses créées dans les entreprises. Il n’a accepté de traiter cette question que sous l’angle des droits d’information et de consultation des institutions représentatives du personnel, qui a fait l’un des deux thèmes de la délibération en cours.

Mais dans ses dernières déclarations publiques, il a demandé au gouvernement de renoncer à l’instauration de la prime obligatoire dans les entreprises qui augmente les dividendes, au motif que la négociation nationale interprofessionnelle sur le partage des richesses serait en cours.

La CGT s’est donc à nouveau déclarée prête à l’ouverture immédiate d’une véritable négociation sur le partage des richesses, soit sous la forme de l’ajout d’un thème aux discussions en cours, soit sous la forme d’une négociation spécifique. Elle a proposé qu’elle se déroule en plusieurs étapes :
- examen des évolutions comparées sur les deux dernières décennies des salaires des différentes catégories de salariés, des salaires des dirigeants des entreprises, des dividendes et autres formes rémunération des propriétaires des entreprises ;
- étude de la diversité des situations des entreprises ;
- mise en place de critères de justice sociale dans les négociations annuelles obligatoires des entreprises et des groupes.

Les organisations patronales ont confirmé qu’elles refusaient de s’engager dans une telle négociation tout en acceptant de poursuivre la délibération sur la modernisation du dialogue social sur les thèmes convenus.

La CGT poursuivra sa démarche de recherche de convergences intersyndicales visant l’amélioration de la transparence et de la lisibilité des informations dues aux élus du personnel, ainsi de la prise en compte effective des avis des élus dans les procédures de consultation.

Concernant la répartition des richesses et les revendications salariales, la CGT considère que le patronat ne pourra pas fuir le débat éternellement dans un contexte où le pouvoir d’achat est une des premières priorités des Français. La confirmation de son refus d’en discuter appelle au développement des actions revendicatives afin que les salariés se fassent entendre dans les entreprises.



Article mis en ligne le 27 mai 2011 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68