"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Voeux 2018

    La section syndicale CGT de l’Adapei-Papillons Blancs d’Alsace vous présente ses meilleurs vœux de Liberté, d’Égalité, de Solidarité, de Justice et de Paix…

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2462327 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le jeudi 4 janvier 2018
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Revalorisation de l’indemnisation chômage : déclaration des administrateurs CGT au conseil d’administration de l’Unedic le 30 juin 2011

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Revalorisation de l’indemnisation chômage : déclaration des administrateurs CGT au conseil d’administration de l’Unedic le 30 juin 2011



Revalorisation de l’indemnisation chômage : déclaration des administrateurs CGT au conseil d’administration de l’Unedic le 30 juin 2011

"Nous avons à l’ordre du jour du CA de l’Unédic à définir ensemble la revalorisation ou pas des allocations chômage.

Avant de définir le positionnement de la CGT, mesurons ensemble le fait que les CA antérieurs de l’Unédic ont, chaque fois, à peine compensé l’évolution de l’indice des prix à la consommation de l’année en cours, ce qui fait que les allocations chômage des demandeurs d’emploi se tassent au fil des années.

Cette situation est d’autant plus insensée, qu’elle concerne la population la plus fragile et précaire de la société française. Continuer à maintenir cette politique, revient en fait à stigmatiser les demandeurs d’emploi dans leur situation et les pénaliser financièrement.

A l’opposé, je rappelle que lors de la dernière convention assurance chômage 2011, négociée avec les partenaires sociaux, on n’a pas lésiné non plus sur une baisse possible des contributions employeurs et salariés et ce malgré un déficit cumulé de 9 milliards d’€ sur les comptes de l’Unédic. En scellant un mécanisme, applicables sous certaines conditions jusqu’en 2016, elle garantit dès 2014 la baisse des cotisations, tant réclamée par le patronat et ce malgré un déficit cumulé qui continuera à avoisiner les 4,5 milliards d’€.

Alors pourquoi, deux poids deux mesures ??

La CGT ne peut se satisfaire du traitement fait à l’encontre des demandeurs d’emploi. Toujours plus de devoirs pour de moins en moins de droits !

Cette situation n’est plus tenable. Les demandeurs d’emploi ont besoin de vivre dignement tout en continuant à rechercher un emploi.

Pour maintenir les demandeurs d’emploi dans une démarche active de recherche d’emploi, il est évident qu’une revalorisation de l’allocation s’impose. D’ailleurs, dans le dernier accord interprofessionnel sur le Contrat de Sécurisation professionnelle, signé par les organisations salariés et patronales, l’allocation garantit 80% du salaire antérieur pour les demandeurs d’emploi s’inscrivant à Pôle emploi suite à un licenciement économique.

Nous devons tendre vers cette orientation. C’est pourquoi la CGT revendique 5% de revalorisation de l’indemnité chômage (2% due à l’inflation, 3% pour commencer à récupérer la dévalorisation de l’allocation des années antérieures).

Enfin, la CGT propose au Conseil d’Administration, la création d’une circulaire interne qui garantirait une revalorisation mécanique et automatique lorsque le taux d’inflation dépasse 2% du dernier indice connu au moment de la fixation de l’allocation chômage arrêtée en juin lors de nos CA. Cela aurait au moins le mérite de garantir le pouvoir d’achat des demandeurs d’emploi. Le code du travail le prévoit pour les salariés au Smic, nous devons le garantir pour les demandeurs d’emploi."



Article mis en ligne le 30 juin 2011 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68