"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2410544 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Union départementale de l’Aisne : Xavier Bertrand doit apprendre à négocier…

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Union départementale de l’Aisne : Xavier Bertrand doit apprendre à négocier…



Le ministre du Travail, Xavier Bertrand, entendait en tant que Maire de Saint-Quentin, expulser l’Union départementale de l’Aisne et l’union locale de la ville en leur imposant un relogement dans des locaux de surface réduite et inappropriés à l’activité syndicale. Avec le soutien de la confédération, la CGT de l’Aisne et celle de Saint-Quentin ont refusé ce diktat antisyndical et discriminatoire. Dans un premier temps Xavier Bertrand avait obtenu un jugement favorable du Tribunal de Laon, qui avait condamné les unions départementales et locales au paiement d’une lourde astreinte.

La CGT s’est mobilisée dans tout le département. Une souscription a été organisée et a connu un large succès, dans la ville même de Xavier Bertrand. De nombreux donateurs ont fait part de leur mécontentement devant les comportements autoritaires de la ville. La CGT a formé appel du jugement de Laon.

L’audience a eu lieu le jeudi 30 juin. Plus de 150 syndiqués ont fait le déplacement et ont assisté à l’audience. Le tribunal a rendu son verdict le 4 juillet, après un court délibéré.

Le Tribunal d’Appel ordonne une médiation et donne un délai de trois mois pour parvenir à un accord. Il suspend l’astreinte de 250€ par jour de retard.

Pour que le ministre du Travail du gouvernement Sarkozy accepte de se mettre autour d’une table de négociation avec la CGT, il aura ainsi fallu que les syndiqués se mobilisent et que la justice l’ordonne.

La CGT de l’Aisne participera à la médiation en avançant des propositions concrètes de relogement, qui soient conformes à la Convention de 1970 signée entre la Commune et l’Union départementale, c’est-à-dire qui répondent aux besoins de l’activité syndicale.

Les Maires des autres villes qui ont lancé des procédures autoritaires d’expulsion des organisations syndicales (Châteauroux, Chartres) doivent eux-aussi en finir avec leur démarche d’entrave au syndicalisme interprofessionnel et accepter de négocier loyalement.



Article mis en ligne le 6 juillet 2011 par Laurent

Popularité de l'article :
4%

lespapillonsblancs68