"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2392957 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 15 septembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Fonderie du Poitou Aluminium : un chantage inqualifiable

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Fonderie du Poitou Aluminium : un chantage inqualifiable



Déclaration de la Confédération Générale du Travail, de la Fédération des Travailleurs de la Métallurgie et de l’Union Départementale de la Vienne sur la situation de la Fonderie du Poitou Aluminium (F.D.P.A.)

La CGT condamne avec fermeté le chantage inqualifiable du groupe Montupet sur les salariés de la Fonderie du Poitou Aluminium de Châtellerault dans la Vienne.

En exigeant une baisse des salaires de 25% et en pratiquant le chantage à l’emploi, Montupet prend le risque d’une catastrophe sociale et de l’implosion d’un outil industriel, lourdes de conséquences dans un bassin d’emplois qui a déjà été lourdement sinistré ces dernières années.

Au nom des "sacro‐saintes" marges des constructeurs donneurs d’ordres tels que Renault et Peugeot, c’est une mise en concurrence sauvage des salariés pour garantir les profits des actionnaires.

Les faits sont là, depuis la vente par Bavaria au groupe Montupet de la Fonderie Aluminium de Chatellerault sous la bienveillance de Renault aucun centime d’€ n’a été investi dans l’entreprise mais 2,2 Millions d’€ ont été prélevés dans la trésorerie du site au titre des frais de sièges de Montupet.

Chacun doit prendre ses responsabilités : Les pouvoirs publics, actionnaires de Renault. Renault SA, qui a cédé cette Fonderie en 1998 pour faire de l’argent facile et aujourd’hui principal donneur d’ordres, doit reprendre la FDPA. C’est cette solution qui a prévalu pour la SBFM en BRETAGNE, cela permet aujourd’hui le réinvestissement dans l’outil industriel de plus de 100 Millions d’€ et l’ouverture du bureau d’embauches.

Pour sa part, Montupet a tout à gagner à revoir à la hausse les rémunérations et qualifications de ses bases nationales en refusant le diktat des donneurs d’ordres de produire toujours au "moins‐disant social".

La CGT et ses organisations se placent résolument aux côtés des salariés de la FDPA dans l’action pour obtenir satisfaction à leurs légitimes revendications et seront à leurs côtés pour les soutenir dans leurs démarches.



Article mis en ligne le 15 septembre 2011 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68