"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2393562 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 15 septembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Élection du président de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse : la CGT n’a pas pris part au vote

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Élection du président de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse : la CGT n’a pas pris part au vote



Mise en place du nouveau conseil d’administration de la CNAV le 04 novembre 2011

La CGT n’a pas pris part au vote pour l’élection du président du nouveau conseil d’administration mis en place le 4 novembre, en expliquant sa position de façon transparente.

La délégation CGT a rappelé son désaccord avec le mode de scrutin actuel qui s’effectue par tête, collèges des salariés et des employeurs confondus. Le vote par collège devrait être la règle. Nous considérons qu’une présidence revenant aux organisations syndicales de salariés doit être discutée et validée entre elles, sans interférence de la partie patronale, et vice versa, bien évidemment.

Par ailleurs, l’application logique du principe de la représentativité doit amener à une répartition plus équilibrée des responsabilités, cela n’est pas le cas aujourd’hui. La CGT, première organisation syndicale, ne préside aucune caisse. Sa candidature à la présidence de l’ARRCO vient notamment d’être écartée au profit d’un candidat FO.

Concernant la présidence de la CNAV, la CGT a estimé ne pouvoir soutenir ni la candidature présentée par Force Ouvrière dont il faut relever à la fois l’opposition systématique à l’action syndicale commune, en particulier dans la mobilisation sur les retraites et le manque de cohérence des positions vis-à-vis de la retraite, ni celle de la CGC en raison des profondes ambiguïtés de cette organisation concernant le régime général.

La CGT a par ailleurs souligné, à cette occasion, la dégradation de la situation des salariés et des retraités, en raison des effets de la crise qui vient encore aggraver les conséquences des réformes successives des régimes de retraite.

A entendre les prophètes libéraux, la solution à la crise passerait avant tout par une nouvelle étape de diminution tant des pensions actuellement versées que des droits des futurs retraités.

Alors que cette crise résulte justement d’années de recul de la part des salaires dans la valeur ajoutée et de pressions sans précédent sur les activités de production au profit d’une spéculation financière aux effets désastreux, en particulier pour le financement de la protection sociale !

La CGT entend bien prendre toute sa place pour que la Sécurité sociale et la branche retraite, jouent pleinement leur rôle, afin d’assurer une retraite de qualité à toutes et tous et que soit maintenu notre système de retraite solidaire. Elle veillera notamment à ce que le débat en vue d’une réforme systémique ne soit pas tronqué car ce n’est pas seulement un changement de système qui solutionnerait les besoins de financements incontournables de nos régimes. La CGT continuera à apporter sa contribution sur les droits à retraite des jeunes, sur l’égalité femmes / hommes, sur les minima de pension et pour une véritable reconnaissance de l’exposition à la pénibilité.



Article mis en ligne le 9 novembre 2011 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68