"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2390127 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 15 septembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
66ème festival d’Avignon : la culture, une nourriture indispensable à la vie !

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


66ème festival d’Avignon : la culture, une nourriture indispensable à la vie !



Déclaration commune de la CGT, de la fédération du spectacle, de l’Union Départementale CGT Du Vaucluse et de la CGT Culture

A l’occasion du 100ème anniversaire de la naissance de Jean Vilar, laissons une nouvelle fois résonner ses propres mots : le théâtre, la culture sont une nourriture aussi indispensable à la vie que le pain et le vin.

Les cinq années qui viennent de s’écouler ont vu l’Etat se désengager de ses missions fondamentales et contraindre les collectivités à en faire de même. Sous le coup des réformes libérales, le service public dans son ensemble a été affaibli et la culture a énormément souffert, victime de l’austérité, des coupes budgétaires et des restructurations. La précarisation accrue des professions et des statuts a fait des dégâts considérables. Les spectateurs comme les créateurs, le monde du travail comme celui du spectacle, de l’audiovisuel ou de la culture ont été méprisés, maltraités.

Pourtant pendant cette période travailleurs, créateurs et artistes n’ont cessé de se battre et de réaffirmer que la culture n’est pas une marchandise. La CGT, a été aux côtés de celles et ceux qui unissaient leurs efforts pour résister, non sans succès, afin que le monde des affaires ne s’empare pas des œuvres de l’esprit

Démocratie sociale et démocratie culturelle sont indissociables.

Ces luttes n’ont pas été vaines, les changements politiques à la tête de l’Etat comme à l’Assemblée Nationale sont aussi le fruit des mobilisations qu’ensemble nous avons su mener. La CGT s’est engagée pour ce changement, elle souhaite maintenant des actes forts pour réaffirmer qu’une politique culturelle publique ne peut exister sans :
- un ministère conforté et refondé où le travail, son sens, sa portée transformatrice soient reconnus,
- une loi d’orientation et de programmation pour la culture, garante de l’exception culturelle, des droits sociaux, d’emplois de qualité et de moyens pour l’ensemble des créateurs, des travailleurs du monde du spectacle et de la culture,
- une loi d’orientation pour l’éducation artistique,
- que l’accès du plus grand nombre aux œuvres de l’esprit ne devienne une priorité.
- sécuriser les collectivités territoriales sur leurs financements leur permettant le développement de leur capacité d’initiative.

Notre engagement collectif et organisé, artistes, salariés de la culture au ministère et dans les collectivités territoriales, techniciens du spectacle, médiateurs et public, notre capacité à construire ensemble une autre manière de faire société autour de projets culturels forts sont des conditions du changement.

Dans quelques mois les salariés des petites entreprises, pour la première fois éliront leurs représentants, dans le cadre d’un scrutin national. Sans oublier tous les salariés du commerce et de l’hôtellerie, extrêmement sollicités durant tout ce festival, notons combien le secteur de la culture est constitué d’une multitude de petites entreprises, d’associations.

Pour tous les salariés qui y travaillent, voter c’est affirmer cette volonté de s’organiser et de construire ensemble leurs droits à venir et une politique culturelle innovante.

Une présence CGT historique et significative

Notre présence ici est historique, elle plonge ses racines dans les liens profonds qui unissent le monde syndical à celui de la culture. Cette année notre présence prend également une résonance particulière au moment où des changements s’annoncent à la tête du Festival. _ Nous souhaitons réaffirmer notre conviction que son enracinement dans la réalité locale demeure une condition essentielle de la rencontre avec le public populaire. Un enjeu qui s’impose plus encore dans une région qui vient d’envoyer à l’Assemblée Nationale deux députés d’extrême droite.

Comme nous le rappelait Paul Puaux "Le festival d’Avignon, c’est votre histoire". Cette histoire au service des "classes laborieuses", de la création, de l’accès à la culture, au service de l’émancipation de chacun et de l’épanouissement de tous, demeure notre combat.



Article mis en ligne le 4 juillet 2012 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68