"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2430011 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Suites de la conférence sociale : égalité professionnelle, qualité de vie : ambitions limitées

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Suites de la conférence sociale : égalité professionnelle, qualité de vie : ambitions limitées



Le gouvernement, représenté par Najat Vallaud-Belkacem et Michel Sapin, a réuni à Rennes, le 18 septembre 2012, le premier collectif national tripartite de pilotage "égalité professionnelle, qualité de vie" destiné à mettre en œuvre la feuille de route de la conférence sociale.

L’idée du gouvernement est de procéder par expérimentation, d’où la constitution d’un collectif de pilotage et le choix de 8 territoires pour tenter ces expérimentations : Aquitaine, Bretagne, Centre, Ile-de-France, Midi-Pyrenées, Nord-Pas-de-Calais, Poitou-Charentes, Rhône-Alpes.

La CGT approuve la démarche mais la trouve limitée dans ses ambitions : ainsi le temps partiel, et la précarité sont écartés, car faisant l’objet de négociations interprofessionnelles ; l’objectif de réduction des écarts de salaires se borne aux salaires horaires, laissant de côté l’essentiel de ce qui nourrit les écarts salariaux entre les femmes et les hommes ; l’action contre les stéréotypes ne vise au stade actuel que l’éducation nationale, laissant de côté la publicité les médias etc.

Sous prétexte de s’attaquer à un "triangle de faiblesses" en ce qui concerne les inégalités femmes hommes, le gouvernement traite au même niveau de responsabilité ceux qui ont le pouvoir économique et politique (les employeurs et l’Etat) et ceux qui ne peuvent que le contre balancer du fait du lien de subordination qui caractérise le contrat de travail (les syndicats).

Concernant le décret définissant les sanctions à l’égard des entreprises qui n’appliqueraient pas les dispositifs légaux pour l’égalité, Michel Sapin a affirmé préférer "un résultat non pas imposé mais naturel. Le droit doit être effectif mais la sanction ne doit pas être première, la sensibilisation est plus efficace" a-t-il poursuivi. La CGT lui a rappelé que sans menace de sanctions, malheureusement rien ne bouge : l’expérience de ces dernières années le prouve. Le projet de décret sera soumis à concertation.

La CGT usera de tous ses moyens, dans l’action, dans les différentes négociations, et dans les entreprises branches et territoires pour faire progresser le plus rapidement possible cette cause fondamentale de l’égalité professionnelle et salariale.



Article mis en ligne le 25 septembre 2012 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68