"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2393760 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 15 septembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Les Centres de Santé : socle d’un nouveau système ambulatoire

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Les Centres de Santé : socle d’un nouveau système ambulatoire



Communiqué de la FNCS et de la CGT

La Fédération Nationale des Centres de Santé et la Confédération Générale du Travail ont confronté leurs analyses sur le système de santé, plus particulièrement sur l’offre ambulatoire, garantissant une réelle lutte contre les inégalités sociales et territoriales de santé.

Après avoir constaté des convergences dans leurs propositions, elles ont convenu d’approfondir leurs réflexions communes sur les 5 axes qui leurs semblent structurants pour une offre ambulatoire de proximité moderne, qui posent un socle nouveau au système de santé et qui prennent en compte la population, qui contribuent aux besoins de tous les territoires, de leurs élus et répondent aux aspirations des professionnels de santé :
- Cette offre de santé doit permettre la prise en charge d’un parcours de santé global et cohérent, mettant en transversalité l’ensemble des missions du soin, de la prévention, de la promotion de la santé depuis l’enfance jusqu’aux âges avancés, dans le cadre d’un exercice regroupé et coordonné. Elle doit garantir une articulation entre la ville et l’hôpital, favorisant la fluidité du parcours des patients en amont et en aval de leur prise en charge hospitalière.
- Elle doit permettre une réponse en proximité, garantissant une offre globale territorialisée adaptée aux besoins de toute la population. Seule cette organisation prenant en compte les spécificités locales permettra de réduire les inégalités territoriales de santé.
- Cette organisation relève de la responsabilité de l’Etat qui peut la garantir grâce à la création d’un statut d’établissement de santé publique ambulatoire dont les missions peuvent être portées par des gestionnaires publics ou à but non lucratif, dans le cadre de centre locaux de santé ambulatoire. Ces derniers peuvent être gérés par des associations, des collectivités locales, des hôpitaux, des mutuelles ou des régimes de sécurité sociale.
- Son financement doit permettre l’équilibre de la structure dans toutes les missions relevant du Code de la Santé Publique et qui lui auront été confiées par agrément des Agences Régionales de Santé. Ce financement doit garantir un égal accès à tous sans frein d’argent par une pratique obligatoire du tiers payant des régimes obligatoires et complémentaires, à des tarifs conventionnels opposables avec un accompagnement social organisé au plus près des besoins des populations, seuls garants d’une réduction des inégalités sociales de santé.
- L’organisation de ces établissements de santé publique ambulatoire doit s’appuyer sur un corps de professionnels de santé garantissant une couverture de tout le territoire, une articulation aisée entre les carrières hospitalières et ambulatoires, dans un vrai statut de praticien ambulatoire.

Elles conviennent d’ouvrir leurs réflexions à l’ensemble des organisations syndicales, aux fédérations hospitalières, aux organismes gestionnaires de centres de santé, aux groupements d’élus locaux et aux associations de patients ou représentants les intérêts de la population.



Article mis en ligne le 3 octobre 2012 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68