"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2441814 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Retraites complémentaires Arrco et Agirc : empêchons le MEDEF d’imposer de nouvelles mesures régressives !

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Retraites complémentaires Arrco et Agirc : empêchons le MEDEF d’imposer de nouvelles mesures régressives !



La situation financière de l’Arrco et de l’Agirc est dégradée, notamment du fait de la crise. La destruction massive d’emplois, la précarisation et la stagnation salariale conduisent à une baisse, relative ou absolue, de la masse salariale, et par voie de conséquence à une baisse des cotisations. Depuis maintenant trois ans, les régimes puisent dans leurs réserves pour équilibrer leurs comptes. Mais ces réserves ne sont pas inépuisables. Le MEDEF veut profiter de cette situation pour imposer des nouvelles mesures régressives, qu’il qualifie par avance de mesures "conservatoires". Il a obtenu l’ouverture d’une négociation le 22 novembre prochain.

Comme il se refuse à la moindre augmentation des ressources, la seule possibilité qui resterait serait donc de réduire le niveau des droits en cours d’acquisition, de revaloriser les pensions à un niveau inférieur aux prix, voire de ne pas les revaloriser du tout, de durcir les conditions de la réversion (passage du taux de 60% à 54% et âge minimum Arrco porté de 55 à 60 ans).

Il est même évoqué la possibilité de modifier les deux conditions requises pour une retraite sans abattement : augmenter la durée de cotisation et reculer une nouvelle fois l’âge, qui passerait à 64 ans pour la génération née en 1959.

Non content d’être un des principaux responsables de la crise en cours, le patronat, Medef en tête, veut en faire payer le prix aux salariés et aux retraités. Cette volonté constante s’inscrit bien dans l’objectif d’imposer l’austérité aux salariés et aux retraités de toute l’Europe. C’est une des raisons qui motivera une participation massive à la grande journée d’action européenne du 14 novembre prochain.

Pour la CGT, il est possible de financer les régimes afin de garantir un niveau de pension pour toutes et tous. Lors des dernières négociations, celles qui s’étaient ouvertes fin 2010, il avait été montré qu’en soumettant à cotisations la participation, l’intéressement, l’abondement des PEE, l’abondement des Perco et enfin les stocks options et les actions gratuites, on obtenait une rentrée supplémentaire annuelle de plus de 2 milliards d’euros pour l’Arrco et l’Agirc, soit la moitié du déficit sur une année. Avait également été chiffrée la mise à contribution des revenus financiers des entreprises qui apportait chaque année 10 milliards d’€ supplémentaires dans les régimes, soit 2,5 fois le déficit annuel.

Ces deux dispositions ne mettraient personne sur la paille et permettrait d’envisager l’avenir plus sereinement, avec y compris des améliorations pour les droits futurs, et les jeunes générations.

Des mesures au service du plein emploi

Au-delà de la situation des retraités actuels et futurs, ces améliorations sont indispensables pour aider à la reconquête du plein emploi, notamment dans le secteur industriel, en stimulant la consommation des retraités actuels et futurs, donc la demande intérieure. Soulignons que la reconquête du plein emploi est un élément incontournable pour assurer la pérennité de notre protection sociale et donc de nos régimes de retraite.

Les salariés et les retraités, rassemblés avec leurs organisations syndicales, peuvent imposer à la partie patronale, le Medef en particulier, la mise en œuvre de dispositions favorables aux retraités actuels et futurs.

Arrco Agirc
Nombre de cotisants (2010) 18 millions 4 millions
Nombre de retraités (2010) 11,48 millions 2,6 millions
Pension moyenne (2010) 299,75€ 752€
Pension femmes/hommes (2010) 58% 40%
Valeur du point au 1/04/2012 1,2414€ 0,4330€
"Prix d’achat" du point au 1/04/2012 15,0528€ 5,2509€

Source : Arrco et Agirc :
- Déficit des deux régimes en 2011 = 3,8 milliards d’€
- Cotisations sur intéressement, participation… = plus de 2 milliards d’€ par an
- Mise à contributions revenus financiers des entreprises = 10 milliards d’€ de ressources supplémentaires par an.



Article mis en ligne le 31 octobre 2012 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68