"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2391831 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 15 septembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Projet de restructuration territoriale en Alsace : la CGT porte un avis négatif

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Projet de restructuration territoriale en Alsace : la CGT porte un avis négatif



Le 7 avril prochain, les électeurs inscrits dans les communes d’Alsace sont invités à se prononcer pour ou contre la création d’une collectivité territoriale d’Alsace. Cette nouvelle structure remplacerait les deux conseils généraux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin ainsi que le conseil régional d’Alsace.

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la réforme territoriale votée en 2010 et pourrait faire de l’Alsace un laboratoire pour d’autres régions de France.

L’objectif affiché est de développer la compétitivité du territoire alsacien, ouvrant par là même des remises en cause sociales pour les salariés.

D’ores et déjà, le projet prévoit que le Conseil Unique d’Alsace pourrait se voir transférer des compétences normatives en vue d’adapter le droit du travail à la concurrence avec nos voisins suisses et allemands.

Cette orientation marquerait une rupture grave dans le principe de cohésion nationale et d’égalité territoriale. Engagé sous l’ère de la RGPP et finalisé avec la MAP ce projet de fusion risque d’être une opportunité à une réduction drastique des moyens d’action publics et des services publics des deux départements.

Dans ces conditions, la CGT porte un avis négatif sur la création du Conseil Unique d’Alsace et avance d’autres propositions, basées sur une nouvelle répartition des richesses pour sortir les populations de la crise.

Alors que le chômage continue de faire des ravages et d’affaiblir l’activité économique, c’est d’une toute autre modernisation et d’un tout autre développement économique et social dont la région a besoin, s’appuyant sur le tissu industriel et les savoir- faire existants, la qualification et la formation des salariés, un socle de garantie sociales fortes.



Article mis en ligne le 30 mars 2013 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68