"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2427869 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Emplois, salaires, retraites : face aux urgences sociales, rompre avec l’austérité

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Emplois, salaires, retraites : face aux urgences sociales, rompre avec l’austérité



Quelques heures après les annonces d’entrée en récession de la France et du recul historique du pouvoir d’achat, François Hollande, au retour de Bruxelles, s’est exprimé devant la presse.

Une bonne nouvelle  : La crise financière serait derrière nous, les causes seraient régulées et jugulées selon le président de la République ! Les salariés, dont le pouvoir d’achat a subi un recul historique, ceux qui subissent au quotidien les licenciements et les fermetures d’entreprises, le chantage aux salaires, la précarité… ne s’en sont pas aperçu, les chômeurs et les retraités non plus  !

Ils attendent toujours des réponses, un changement de cap pour répondre à leurs préoccupations immédiates  : les salaires, l’emploi, le pouvoir d’achat, la protection sociale, des mesures contre les injustices et l’exclusion, la démocratie, des droits nouveaux dans les entreprises, la relance économique.

En lieu et place de toutes ces légitimes exigences, qu’ont-ils entendu  ?

- Qu’il faudrait diminuer les dépenses, c’est ce qu’on appelle poursuivre l’austérité

Au moment où l’investissement dans l’emploi et les missions de services publics est réduit, l’annonce de nouvelles aides aux entreprises privées, par l’argent public est une provocation. Pire, François Hollande confirme l’abandon de participations de l’État dans des entreprises publiques stratégiques. Il brade ainsi le patrimoine qui appartient à la Nation. Il acte clairement une nouvelle vague de privatisations, au risque de casser de vrais potentiels industriels qui font toujours leurs preuves.

Les salariés sont en droit d’attendre des solutions concrètes qui pérennisent les entreprises et l’industrie en France. La CGT se prononce pour la recherche, l’innovation et le développement de nouvelles filières en cohérence et complémentarité avec celles existantes. De l’argent pour l’investissement productif est à trouver ailleurs. Nous savons où le trouver  : près de 30 000 milliards de dollars ne vont pas à l’investissement mais à la spéculation dans des paradis fiscaux connus de tous, y compris au cœur de l’Europe  ! Ces sommes sont à comparer avec l’annonce de possibles 6 milliards d’euros pour l’emploi des jeunes en Europe, à partager entre 27 pays. C’est une goutte d’eau dans l’océan des besoins.

- Qu’il faudrait aller plus loin dans la déréglementation du marché du travail En parallèle le Président explique qu’il faut baisser la rémunération du travail qui pèserait sur la compétitivité des entreprises  ! La CGT entend imposer par les mobilisations des salariés une autre répartition des richesses.

Voir communiqué sur le projet de loi "Sécurisation de l’emploi"

Ce qui coûte, c’est la rémunération du capital et des actionnaires. Le travail ne coûte pas, il rapporte de l’argent à l’entreprise et à la société. Depuis 1985, la part des dividendes versées aux actionnaires est passée de 5 à 25 % des richesses créées par le travail des salariés.

Diviser par deux les dividendes libérerait 120 milliards d’euros par an pour les investissements productifs, l’emploi, le financement de la protection sociale et la diminution du déficit public.

Voir sur ce sujet notre article et notre film

Les mesures compétitivité/emploi vont accentuer encore la part qui revient aux entreprises et favoriser les politiques de bas salaires au détriment des besoins des salariés, de la relance par la consommation, du financement la protection sociale. Il est urgent, au contraire, d’augmenter les salaires, les pensions et les minima sociaux.

Plus que jamais, l’exigence de relever le Smic à 1700€ est un impératif économique et social. Sur le sujet, le silence présidentiel est assourdissant  !

-  Qu’il faudrait une nouvelle réforme des retraites En revanche, sur les retraites, le Président est plus loquace pour nous annoncer de nouveaux sacrifices qu’il entend nous imposer en plein cœur de l’été. Curieuse conception  ! Il y aurait du temps pour le dialogue sur divers sujets, mais pas pour les retraites.

L’allongement de la durée de la vie est présenté comme un inconvénient alors que vivre plus longtemps est un progrès et doit permettre aux salariés d’avoir une vie après le travail. Les femmes et les hommes seraient-ils condamnés à n’avoir pour seul but dans une vie que le travail  ?

Alors que le chômage touche toujours plus de femmes et d’hommes, on voudrait nous faire travailler plus. L’argent pour financer la protection sociale existe, la CGT a des propositions qu’elle entend faire valoir :
- 1% d’augmentation des salaires = + 2,5 milliards d’€ ;
- égalité salariale femmes/hommes = + 4 milliards d’€  ;
- 10 000 emplois crées = + 1,3 milliards d’€  ;
- lutte contre le travail illégal = + 6 milliards d’€  ;

Lire sur ce sujet notre dossier

Ce qu’il faut, c’est changer de cap !

Alors que la Confédération européenne des Syndicats, avec ses 85 organisations affiliées, prône un changement de cap et la fin des politiques d’austérité en Europe, les réponses apportées par François Hollande tournent le dos à cette exigence.

Elles répondent, au contraire, immédiatement à l’injonction faite la veille par le président de la Commission européenne.

Après avoir accordé à la France, deux années supplémentaires pour ramener son déficit public dans les clous européens, il exigeait : " Ces deux années devront être mises à profit pour accélérer les réformes structurelles " Le message présidentiel est clair, le changement… c’est pas pour maintenant.

Le message des salariés doit être aussi clair.

Leur irruption massive dans les luttes et les mobilisations, à partir de leurs exigences, dès maintenant, est la condition du changement auquel ils aspirent.

Maintenant, agissons pour nos emplois, nos salaires, nos retraites.

Maintenant intervenons pour nos droits, l’emploi industriel, les services publics.

Maintenant organisons-nous, syndiquons-nous.

Maintenant, tous ensemble dans l’entreprise, la localité, construisons les mobilisations gagnantes.

Cliquez ici pour voir la vidéo



Article mis en ligne le 17 mai 2013 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68