"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2391803 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 15 septembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Politique familiale : le Gouvernement doit mettre carte sur table !

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Politique familiale : le Gouvernement doit mettre carte sur table !



La feuille de route entre 2013 et 2017 des politiques familiales, conduite par la branche famille de la Sécurité Sociale (CNAF) et le Gouvernement, est en cours de négociation.

En premier lieu, les organisations patronales demandent des centaines de suppressions de postes et prônent des économies de gestion qui, de fait, remettent en cause des politiques familiales au service de tous.

Malheureusement, le Gouvernement, après avoir décidé la réduction des moyens qui viennent en aide aux familles de salariés pour élever leurs enfants, continue de peser dans un sens négatif.

En raison de l’aggravation des difficultés rencontrées par les allocataires et la diminution des moyens humains et matériels des CAF, chacun s’accorde à constater une dégradation sensible du service rendu par celles-ci ces derniers mois.

Les propositions du Gouvernement pour la COG (Convention d’Objectifs et de Gestion) tournent le dos à toute solution d’amélioration.

A ce jour, celui-ci demande aux CAF de supprimer 2 200 postes d’ici 2017 après avoir concédé qu’il fallait en créer 700 (dont 500 contrats d’avenir) d’urgence mais de façon précaire pour deux ans.

Le même traitement en trompe l’œil affecte les moyens alloués au FNAS (Fonds National d’Action Sociale) qui affiche une progression de 7,5% par an mais en lui affectant soit des dépenses nouvelles, comme celles du financement des rythmes scolaires, soit en lui affectant le remplacement de financement d’Etat comme en matière de soutien à la parentalité.

Sans compter une centralisation jamais vue des fonds d’action sociale qui connaîtront une diminution de 77 millions d’€ au niveau des caisses locales en échange d’une promesse d’actions nationales "compensatoires" !

Enfin, la promesse des 275 000 solutions de garde petite-enfance supplémentaire relève en l’état de la méthode Coué.

Au regard des difficultés croissantes des familles et des salariés, l’heure n’est pas à la tergiversation.

Le Gouvernement doit mettre carte sur table et prendre la mesure de l’urgence sociale.

Des moyens humains supplémentaires doivent être mis à disposition du réseau CAF pour maintenir le haut niveau de service dont ont besoin les allocataires. Pas une seule suppression de postes ne doit avoir lieu pendant la prochaine COG.

Le FNAS doit a minima disposer d’une progression de 7,5% mais à périmètre constant, c’est-à-dire hors rythmes scolaires, hors rattrapage des suppressions de crédits d’Etat sur l’aide à la parentalité.

Les 275 000 places supplémentaires en matière d’accueil petite-enfance doivent clairement donner la priorité aux solutions collectives, hors mini-crèche qui rançonnent les parents et MAM (Maisons d’Assistantes Maternelles) qui créent une situation d’insécurité juridique pour tous les partenaires.

La CGT appelle salariés et allocataires à s’adresser aux pouvoirs publics pour affirmer ces exigences qui sont conformes à leurs intérêts individuels et collectifs.



Article mis en ligne le 28 juin 2013 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68