"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2429988 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
UNEDIC : revalorisation des allocations de chômage : quelques centimes…

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


UNEDIC : revalorisation des allocations de chômage : quelques centimes…



Le Conseil d’Administration de l’UNEDIC du 27 juin avait à son ordre du jour la revalorisation des allocations des demandeurs d’emploi.

Compte tenu de l’évolution de l’indice des prix depuis 2008 et de celle du SMIC, la CGT a demandé une augmentation de 4,2%, (3,3% au titre du rattrapage depuis 5 ans et 0,8% au titre de l’évolution des prix depuis un an).

Les quatre autres organisations syndicales de salariés demandaient une augmentation de 1,2%.

Les employeurs, emmenés par le MEDEF, n’ont fait q’une seule proposition : 0,6% sur la seule partie fixe et sur l’allocation minimale, ce qui se traduit par une augmentation de quelques centimes. Le MEDEF a annoncé qu’il s’opposait à tout vote d’une autre proposition que la sienne.

Après les salariés et les retraités, ce sont les chômeurs, du moins la seule moitié d’entre eux qui sont indemnisés, qui voient leurs revenus – une nouvelle fois – attaqués en euros constants.

La CGT s’insurge contre cette pseudo augmentation et dénonce l’attitude du MEDEF qui fait payer la crise à celles et ceux qui en sont les premières victimes.



Article mis en ligne le 28 juin 2013 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68