"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2392090 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 15 septembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Négociation assurance chômage : il faut continuer la mobilisation

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Négociation assurance chômage : il faut continuer la mobilisation



La mobilisation porte ses fruits, le MEDEF en fin de journée paraît plus en retrait sur la suppression du régime des intermittents et intérimaires en admettant qu’ "il n’y a pas qu’une seule solution possible", mais pour l’instant rien ne bouge réellement.

Le patronat reste arc-bouté sur ses positions : il faut réduire le déficit et pas un centime ne doit sortir de la poche du patronat.

Qui va donc payer ? Les chômeurs !

Les intermittents et les intérimaires d’abord, qui vont rejoindre le régime général. Les seniors ensuite, le MEDEF veut faire reculer à 55 ans l’âge où les demandeurs d’emploi peuvent obtenir 36 mois d’indemnisation, aujourd’hui c’est 50 ans. Dans un contexte où le chômage des seniors et le chômage de longue durée explosent, c’est condamner de nombreux demandeurs d’emploi à la pauvreté.

Les salariés licenciés qui bénéficient d’une indemnité supra légale vont être aussi mis à contribution, le différé d’indemnisation est aujourd’hui de 75 jours, le MEDEF veut supprimer cette limite.

Si le taux de chômage baisse en dessous de 10%, le MEDEF prévoit aussi de diminuer les droits des demandeurs d’emploi. Dans ce cas la durée d’indemnisation baisserait à 18 mois au lieu de 24 actuellement, et la durée d’affiliation nécessaire pour ouvrir des droits passerait de 4 à 6 mois.

Conditionner les droits à la conjoncture économique est non seulement injuste et inacceptable, mais c’est une remise en cause profonde de la protection sociale. Le scénario patronal pour la mise en œuvre des droits rechargeables est lui aussi prévu à l’économie, il y a peu de différence avec le système actuel et les plus précaires n’en profiteraient pas.

Il reste une séance de négociation prévue le 13 mars prochain et la situation semble bloquée par un patronat décidé à faire payer les plus pauvres.

Il nous faut donc amplifier la mobilisation. Cette négociation doit se poursuivre sous le contrôle des salariés.



Article mis en ligne le 28 février 2014 par Laurent

Popularité de l'article :
0%

lespapillonsblancs68