"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2408803 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Jamais Nationale

Vidéo engagée

article précédent    article suivant


Jamais Nationale



Facebook du groupe

Myspace du groupe

Jamais Nationale

Mais écoute là cette voix dégueuler sur les ondes Cette voix venue tout droit du territoire des ombres Cette voix immonde qui prend du poids et des galons Qui sait comment se faire mielleuse pour séduire dans les salons Cette voix aux multiples gorges qui se décharge Habitée d’une haine si virulente qu’elle en est barge Du cadre à l’ouvrier jusqu’au commissaire Cette langue de vipère s’accommode très bien de la misère

N’hésitons pas à l’répéter L’heure est grave l’état d’urgence est décrété Non pas question d’garder le silence Cette voix revient comme un cauchemar diaboliser nos différences Ici ça pue j’ai la nausée Une profonde indignation comment rester les bras croisés Cette voix c’est le poison qui tourne en rond dans son bocal Mon identité ne sera jamais nationale

Cette voix sinistre est d’humeur assassine Elle s’évertue à plonger la tête immigrée dans la bassine Déteste ses racines, traque son taux de mélanine Reproche l’odeur de sa cuisine ou la largeur de ses narines Le traite comme un danger roule son nom dans la farine Ses théories sont consanguines parle de flingues de carabines Défend une France en blanc ou en bleu Marine Alors le porc et sa portée de gorets s’en lèchent les babines

N’hésitons pas à l’répéter L’heure est grave l’état d’urgence est décrété Non pas question d’garder le silence Cette voix revient comme un cauchemar diaboliser nos différences Ici ça pue j’ai la nausée Une profonde indignation comment rester les bras croisés Cette voix c’est le poison qui tourne en rond dans son bocal Mon identité ne sera jamais nationale

Cette voix n’a pas de couleur comme la connerie ou l’ignorance Elle puise sa force dans la douleur l’humiliation et les offenses C’est l’éloquence pour nous monter les uns contres les autres Elle te rabâche en continu qu’y a l’étranger et y a les nôtres Mon identité elle est plurielle elle est changeante Et heureusement elle n’hésite pas à prendre la tangente Elle s’inspire de toute culture, s’inspire de toute étoile Elle a les bras ouverts et considère tout homme à son égal Mais cette voix veut me tirer vers le fond C’est cette voix encore une fois que je combats sans rémission Dressé contre son ordre contre sa morale Mon identité ne sera jamais nationale

N’hésitons pas à l’répéter L’heure est grave l’état d’urgence est décrété Non pas question d’garder le silence Cette voix revient comme un cauchemar diaboliser nos différences Ici ça pue j’ai la nausée Une profonde indignation comment rester les bras croisés Cette voix c’est le poison qui tourne en rond dans son bocal Mon identité ne sera jamais nationale

Jamais nationale jamais jamais nationale Mon identité ne sera jamais nationale



Article mis en ligne le 26 mars 2014 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68