"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2393561 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 15 septembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
1er Mai 2014 : bon départ pour un mois de mai très revendicatif

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


1er Mai 2014 : bon départ pour un mois de mai très revendicatif



Malgré les vacances, le pont et parfois la pluie, avec 210000 manifestants dans 296 rassemblements souvent unitaires (à comparer au 160000 de l’an dernier), les salariés, les privés d’emploi, les retraités ont exprimé leur colère mais surtout leur volonté de changement. Ce 1er mai 2014 a été l’occasion de mobilisations massives des salariés dans tous les pays d’Europe, et ailleurs dans le monde, témoignant la solidarité entre travailleurs et les convergences de luttes, face aux mêmes politiques d’austérité qui les frappent.

Le travail n’est pas un coût mais une richesse qui doit être reconnue dans son contenu, son organisation, sa rémunération, en augmentant le salaire brut. C’est le coût du capital et la part toujours croissante des dividendes attribués aux actionnaires qui étranglent les investissements, la croissance, le développement de PME et PMI, la création d’emploi, l’augmentation des salaires, le développement de la Sécurité Sociale.

L’endettement public, dont on nous rebat les oreilles, s’est énormément alourdi en 2009 pour sauver les banques qui avaient spéculé.

Les 200 milliards d’€ d’aides et d’exonération attribuées chaque année au patronat sans aucune contrepartie, participent aussi à cet endettement.

En faisant un nouveau cadeau de 30 milliards de plus au patronat, le gouvernement entend faire 50 milliards d’économie sur le dos des salariés, privés d’emploi et retraités.

Il est inacceptable qu’à l’exemple des salariés d’Alstom, chacun soit suspendu à des décisions prises par quelques-uns qui n’ont jamais rien à voir avec le travail et les enjeux d’une filière industrielle. Il est inacceptable que le prétexte de la dette serve au démantèlement des services publics et de la protection sociale, garant du vivre ensemble et de la solidarité.

Les salariés doivent se mêler de leurs affaires ! Après ce 1er Mai 2014, d’autres rendez-vous revendicatifs dans l’unité la plus large sont à venir : le 15 mai 2014 dans la fonction publique, du 12 au 15 mai 2014 dans la métallurgie, le 12 mai 2014 dans les transports et les services publics du nettoyage, le 22 mai 2014 à la SNCF, le 3 juin 2014 pour les retraités…

En 2009, nous le disions par millions "La crise, c’est eux, la solution, c’est nous", plus que jamais ce mot d’ordre est d’actualité !

Cliquez ici pour voir la vidéo



Article mis en ligne le 1er mai 2014 par Laurent

Popularité de l'article :
0%

lespapillonsblancs68