"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2428277 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Loi stages en entreprise : la CGT se félicite des avancées votées par les sénateurs

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Loi stages en entreprise : la CGT se félicite des avancées votées par les sénateurs



Le Sénat a adopté, ce mercredi 14 mai, la proposition de loi pour réglementer les stages en entreprise, en y apportant plusieurs modifications importantes pour les stagiaires, reprenant certaines des propositions de la CGT.

Les sénateurs ont fait le choix d’augmenter le niveau de la gratification minimale de 436€ à 523€ par mois et d’abaisser le seuil à partir duquel la gratification devient obligatoire de 2 à 1 mois.

La prise en charge des frais de transports et de restauration est élargie à l’ensemble des stages, y compris ceux qui ne font pas l’objet d’une gratification.

Les sénateurs ont également renforcé les obligations de suivi et d’encadrement de l’établissement d’enseignement et les droits du stagiaire en cas de rupture de stage.

La CGT regrette cependant que les sénateurs aient supprimé l’amendement adopté en commission qui limitait clairement le temps de présence du stagiaire dans l’entreprise à 35 heures. La proposition de loi revient à une définition beaucoup plus floue qui ne protégera pas les stagiaires des abus, ce d’autant plus que le travail le soir et le week end n’est pas encadré.

Après 10 ans de mobilisation contre les abus de stage par les organisations syndicales et de jeunesse, après de nombreuses occasions manquées, ces avancées donnent du contenu à la proposition de loi et permettent enfin la mise en place de premiers droits pour les stagiaires. La CGT appelle la commission mixte paritaire qui se réunira le 27 mai prochain à les préserver et à limiter à 35 heures le temps de présence du stagiaire dans l’entreprise.

La CGT continue d’interpeller le gouvernement sur la situation des étudiants de santé, exclus de l’obligation de gratification, et sera vigilante et exigeante sur les décrets d’application de la loi.



Article mis en ligne le 16 mai 2014 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68