"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2390198 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 15 septembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Revalorisation des allocations chômage : un deuxième coup de couteau dans le dos des demandeurs d’emploi après l’agrément de la convention du 14 mai !

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Revalorisation des allocations chômage : un deuxième coup de couteau dans le dos des demandeurs d’emploi après l’agrément de la convention du 14 mai !



Alors que le gouvernement a décidé d’agréer, au 1er juillet la convention d’assurance chômage qui va amputer les droits des demandeurs d’emploi de 2 milliards d’€ d’ici 2017, le MEDEF a imposé une revalorisation quasi nulle des allocations.

Lors du conseil d’administration de l’Unedic le 27 juin a été votée la revalorisation des allocations.

Cette pseudo revalorisation de 0,7% ne portera que sur la partie fixe et sur l’indemnisation minimale, soit une augmentation d’environ 3€ par mois ! L’allocation minimale passe à 28,58€/jour - contre 28,38€/jour actuellement. Ridicule, alors que les économies faites par la nouvelle convention assurance chômage, sur le dos des demandeurs d’emploi, se montent à 840 millions d’€ par an.

Rien que la baisse du taux de remplacement de 57,4% à 57% du salaire brut représente une diminution de l’allocation de 11€ sur le mois pour une personne indemnisée à 1500€/mois.

Le conseil d’administration de l’Unedic a été l’occasion de recueillir des informations sur la mise en œuvre de la nouvelle convention : si chaque mois 120.000 demandeurs d’emploi y gagneront des droits supplémentaires (à condition d’accepter n’importe quel petit boulot), 440.000 autres verront leurs droits baisser d’en moyenne 3 jours en raison des nouvelles règles.

Comme nous l’avons dénoncé, la nouvelle convention est un recul des droits des demandeurs d’emploi, une arme pour renforcer la précarité au service du Medef et associés.

La CGT continue d’appeler la mobilisation pour contrer cette double injustice.



Article mis en ligne le 1er juillet 2014 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68