"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2439190 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Cahier d’un retour au pays natal

Vidéo engagée

article précédent    article suivant

Cahier d’un retour au pays natal



La lecture musicale improvisée, à partir d’extraits du Cahier d’un retour au pays natal d’Aimé Césaire, fut créée en 2013 au festival Le Goût des autres, au Havre. Quand s’éteignit l’ultime note, un silence inouï étreignit le public. L’émotion nous tenaillait jusqu’aux entrailles. La puissance visionnaire du livre publié en 1939 et préservant une acuité politique brûlante, le verbe en insurrection incarné par Marc Nammour, la richesse évocatrice du propos musical, non pas illustratif, mais se faisant le griot d’une souffrance – une sous-France – hélas non révolue… Tout nous imposa ce silence premier, offert à Césaire à la manière d’un hommage.

L’interprétation libre du guitariste Serge ­Teyssot-Gay (d’Interzone, Zone libre et ex-Noir Désir), du batteur Cyril Bilbeaud (Zone libre, Versari) et du rappeur Nammour (de La Canaille) met en lumière l’urgence de propager cette œuvre magistrale dans les théâtres, les écoles, partout. Donner à entendre les "marmonneurs de mots", que le poète débarrasse du bâillon que leur a fiché l’ordre colonial. La négritude n’est pas exclusion de l’autre, mais " prise de conscience de la différence", précisa Césaire, et "conquête d’une nouvelle et plus large fraternité". "Je serai un homme juif, un homme cafre, un homme hindou de Calcutta, un homme de Harlem qui ne vote pas", écrivit-il en son Cahier. Tous les diviseurs de l’humanité, propulsés sous les feux de la rampe par l’actualité, devraient se répéter à l’infini les mots de Césaire.



Article mis en ligne le 1er juillet 2014 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68