"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2393752 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 15 septembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Signez la pétition en ligne pour exiger des moyens pour la justice prudhomale et le rétablissement de l’élection des conseillers prud’hommes

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Signez la pétition en ligne pour exiger des moyens pour la justice prudhomale et le rétablissement de l’élection des conseillers prud’hommes



Le Parlement a adopté, le 20 novembre 2014, un projet de loi qui autorise le Gouvernement à prendre par ordonnances les mesures nécessaires afin d’instaurer un nouveau mode de désignation des conseillers prud’hommes qui supprime leur élection au suffrage universel et muselle, de fait, 5 millions de chômeurs, les salariés sans représentants du personnel, tous les travailleurs précaires.

Désormais les conseillers prud’hommes seraient en effet désignés en fonction de la représentativité des organisations syndicales établie par les élections professionnelles dans les entreprises, au motif que des élections sont complexes et couteuses à organiser.

Comme l’ont dénoncé les quelque 80000 signataires de la pétition nationale lancée il y a plusieurs mois par la CGT, la précipitation du gouvernement à en finir avec cette élection démocratique des juges du travail est un véritable déni de démocratie. Elle relève du double langage et constitue aussi le premier étage du missile gouvernemental lancé contre l’institution prud’homale. Le gouvernement entend en effet maintenant imposer par un nouveau projet de loi une série de mesures privant les salariés du droit à la justice prud’homale.

Ce projet de loi prévoit notamment :
- La mise en place d’une procédure allégée pour les licenciements avec un délai de 3 mois, alors qu’il n’y a pas de moyens ni en personnel de greffe pour préparer les affaires, ni en locaux suffisants pour tenir plusieurs audiences en même temps.
- La professionnalisation de la justice prud’homale avec des salariés qui devront déposer des écrits, alors qu’aujourd’hui c’est l’oralité des débats qui s’applique devant les juges prud’hommes.
- Une série de mesure de sanction contre les conseillers prud’hommes, notamment ceux qui affichent clairement leur engagement aux côtés de ceux qui les ont élus, alors que c’est l’Etat qui a été condamné 71 fois pour non-respect de ses obligations en matière de fonctionnement de la justice prud’homale !
- L’obligation de se faire défendre à par un avocat lorsque l’on fait appel d’un jugement des prud’hommes, alors qu’aujourd’hui un salarié peut se défendre seul.

Ainsi le Gouvernement cède aux exigences patronales qui accusent les prud’hommes d’être autant de blocages à l’embauche alors que les prud’hommes sont là pour faire respecter les droits des salariés notamment en cas de licenciements abusifs.

Ce ne sont pas les prud’hommes qui bloquent l’emploi, mais bien la malhonnêteté des patrons ! Les prud’hommes sont l’emblème de "l’égalité" au fronton des droits des salariés en prise avec leur employeur !

PETITION

Les conseillers Prud’hommes sont une force inestimable pour les salariés qui veulent obtenir réparation d’un préjudice subi de la part de leur employeur, qu’ils soient précaires, privés d’emploi ou retraités. Les salariés ont besoin d’une justice prud’homale qui assure leur protection contre l’arbitraire patronal, comme une véritable garantie collective.

Avec la CGT, j’exige :
- le rétablissement de l’élection des conseillers prud’hommes ;
- des moyens humains et matériels pour le bon fonctionnement des conseils de prud’hommes afin de réduire les délais d’attente d’un jugement ;
- des moyens pour la formation des conseillers prud’hommes ;
- la possibilité pour le/la salarié-e d’être réintégré-e dans son emploi en cas de licenciement jugé abusif ;
- la réparation intégrale du préjudice subi par le/la salarié-e ;
- la possibilité d’agir collectivement en matière de justice du travail par une action de groupe ;
- une protection juridique des salarié-e-s dans l’entreprise afin qu’ils/elles puissent agir devant les prud’hommes sans risquer de se faire licencier le lendemain ;
- le choix pour le/la salarié-e de se défendre seul-e, ou accompagné-e d’un défenseur syndical, ou d’un avocat.

Signer la pétition



Article mis en ligne le 30 novembre 2014 par Laurent

Popularité de l'article :
0%

lespapillonsblancs68