"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2370647 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le jeudi 10 août 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Réforme du code du travail : les jeunes apprenti-e-s ne disent pas merci !

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Réforme du code du travail : les jeunes apprenti-e-s ne disent pas merci !



Les questions d’apprentissage mobilisent les responsables politiques, quels que soient les gouvernements qui se succèdent, tous échouent mais rivalisent de mesures régressives à l’encontre des apprenti-e-s. Le contenu des différentes mesures est dicté par un patronat avide d’avoir à disposition une main d’œuvre docile et gratuite.

Deux projets de loi sont en cours pour leur "faire la peau" :
- Le sinistre projet de réforme du code du travail,
- La proposition de loi Forissier discutée au Sénat émanant du groupe "des Républicains".

Le projet El Khomri consiste entre autre à généraliser la déréglementation du temps de travail !

Il s’attaque particulièrement aux temps de travail des jeunes apprenti-e-s mineur-e-s (dès 15 ans) en mettant hors-jeu l’inspection du travail : Les 10 heures de travail par jour et le passage de 35 à 40 heures hebdomadaires deviennent possibles, sans contrôle.

Il fait suite aux deux décrets, dénoncés par la CGT, publiés en 2015 déréglementant la protection des apprenti-e-s mineur-e-s exposé-e-s à des situations de travail dangereuses.

La proposition de loi Forissier instaure le démantèlement de la formation initiale par apprentissage

Cette proposition de loi va encore plus loin et risque d’alimenter le projet El Khomri lors des débats législatifs à venir.

Il affiche clairement l’ambition de dévaloriser et segmenter les diplômes de l’Education nationale en mettant fin à la reconnaissance de diplômes nationaux sur l’ensemble du territoire.

Le but : favoriser le démantèlement des classifications et déconnecter les salaires des qualifications pour satisfaire le patronat dans son désir de baisser le soit disant "coût du travail".

Dans le même temps, la régionalisation de toute l’orientation, des lycées professionnels et en prime la privatisation totale des CFA permettent au Medef de formater à sa main l’enseignement professionnel.

Apprenti-e-s et lycéen-ne-s professionnel-le-s, une seule réponse la mobilisation !

La CGT revendique un statut et une nouvelle grille de salaires pour tou-te-s les apprenti-e-s, une revalorisation de toute la formation initiale professionnelle garantie par l’État. Construisons un autre avenir pour la jeunesse tous ensemble dans les luttes à venir.



Article mis en ligne le 10 mars 2016 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68