"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2428968 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Violences faites aux femmes : la CGT exige un plan de lutte contre les violences sexistes et sexuelles

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Violences faites aux femmes : la CGT exige un plan de lutte contre les violences sexistes et sexuelles



Les violences contre les femmes sont trop souvent cachées et étouffées dans tous les espaces de la société. Les récentes mises en cause de responsables politiques ont profondément choqué, d’autant qu’il ne s’agit que de la partie émergée de l’Iceberg :
- 80% des femmes salariées considèrent qu’elles sont régulièrement confrontées à des attitudes ou comportements sexistes au travail,
- 25% des agressions sexuelles ont lieu au travail,
- chaque jour, il y a en moyenne 10 viols commis sur le lieu de travail.

Ces violences ont des conséquences très graves sur la santé et remettent frontalement en cause le droit au travail des femmes, les victimes perdant très souvent leur emploi par licenciement ou démission. Pourtant, la question des violences sexistes et sexuelles au travail est absente de tous les radars : rares sont les lieux de travail, où il y a une évaluation des violences, de la prévention, ou encore des négociations sur le sujet. Nous appelons le gouvernement à mettre en place un plan d’ensemble de lutte contre les violences sexistes et sexuelles.

Nous demandons notamment :
- L’ajout d’un thème obligatoire de négociation dans l’entreprise sur les violences sexistes et sexuelles, pour mettre en place des mesures de prévention et de protection pour les victimes, que les violences soient commises par un autre salarié, par un usager ou client, ou dans le cadre hors travail (conjugal…).
- L’obligation de mettre en place un lieu d’accueil et une procédure de signalement sur chaque lieu de travail.
- Une obligation de formation des managers, personnels RH et encadrants.
- La protection du droit au travail des victimes, avec une protection contre le licenciement, un droit à la mutation, au changement de poste, à la réduction ou réorganisation du travail, la possibilité de démissionner sans préavis ou de suspendre son contrat de travail en bénéficiant des allocations chômage.
- Le déblocage de moyens humains et financiers pour garantir un accueil dédié dans les commissariats, développer l’offre de logement, renforcer les moyens des associations et prendre gratuitement en charge les soins pour les femmes victimes et leurs enfants.
- Le lancement d’une grande campagne de sensibilisation contre les violences sexistes et sexuelles, le développement d’une éducation non sexiste, la lutte contre le sexisme dans les media…
- L’adoption d’une norme OIT (Organisation Internationale du Travail) et d’une directive européenne contre les violences sexistes et sexuelles au travail et pour préserver les travailleuses des effets de violences intra-familiales.

Pour mettre fin à la loi du silence et exiger que les employeurs (et l’Etat employeur) prennent leurs responsabilités, la CGT a lancé en février dernier une grande campagne avec un guide, une affiche et un tract. La CGT interpelle le patronat et exige l’ouverture de négociations sur le sujet à tous les niveaux, interprofessionnel, branche et entreprise. Dans la fonction publique, le protocole d’accord relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes du 8 mars 2014 doit être évalué et mis en œuvre !

Le sexisme existe dans toute la société. Lors de son congrès, la CGT a décidé d’amplifier ses efforts pour permettre l’égale implication des femmes et des hommes en son sein avec notamment la diffusion d’un guide aux 30000 syndicats et bases syndicales CGT.



Article mis en ligne le 20 mai 2016 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68