"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2370619 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le jeudi 10 août 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Chiffres du chômage octobre 2016 : toujours pas de baisse significative et la précarité de plus en plus grande

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Chiffres du chômage octobre 2016 : toujours pas de baisse significative et la précarité de plus en plus grande



D’après la Dares, les chiffres d’octobre montrent une légère diminution en catégorie A : -0,8% sur 3 mois et –0,3% sur 1 mois. Pourtant, l’arbre continue de cacher la forêt, peut-être pour des raisons de calendrier électoral.

En effet, le total des catégories B et C (alternance entre emploi précaire et chômage) ne cesse de s’aggraver : +2,4% sur 3 mois et surtout +6,6% sur 1 an !

Si la situation s’améliore légèrement pour les moins de 25 ans, elle ne cesse de se dégrader pour les plus de 50 ans : +0,4% sur 1 mois, +1,4% sur 3 mois et +1, % sur 1 an.

Sur 1 an, on constate une logique de vases communicants entre le chômage total et les activités précaires, le total augmentant légèrement : +0,3% sur 1 an pour le total A,B,C ; tout en restant à un haut niveau : 5760600 personnes.

Depuis 2012, on est ainsi passé de 4347100 à presque 6 millions de personnes au chômage. Les chômeurs titulaires d’un emploi précaire sont de plus en plus nombreux et leur augmentation est de +39,63%, depuis mai 2012. Les seniors en sont les plus grandes victimes, puisque leur nombre augmente de plus de 50,65% en catégories B et C.

L’incidence du plan 500000 formations est toujours aussi importante et la qualité des formations dispensées par certains centres de formation, comme ISP Formation, nous conforte dans notre première analyse : ce plan semble surtout mis en place pour faire baisser les chiffres du chômage en catégorie A et, au passage, risque de remplir les poches de certains centres de formation peu scrupuleux.

L’envolée des contrats courts incitera la CGT à la fermeté concernant la sur-cotisation des employeurs les utilisant. C’est ce que la CGT défendra le 6 décembre prochain lors de la reprise des discussions sur l’assurance chômage.



Article mis en ligne le 24 novembre 2016 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68