"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2341921 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mardi 13 juin 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Polyclinique de l’Ormeau à Tarbes (65) : il est urgent de négocier !

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Polyclinique de l’Ormeau à Tarbes (65) : il est urgent de négocier !



Communiqué commun de la CGT, de la Fédération CGT santé et action sociale et de l’Union départementale CGT des Hautes-Pyrénées

Les salarié-e-s de la polyclinique de l’Ormeau à Tarbes (65) sont en grève, depuis le 8 novembre.

Cette polyclinique couverte par la convention collective de la Fédération de l’hospitalisation Privée à but commercial (FHP) appartient au groupe Médipôle Partenaires.

Malgré le soutien de la population tarbaise, lors de la manifestation du samedi 19 novembre, et bien que la direction faute de personnel ait dû fermer l’un des deux sites, elle refuse toujours de réouvrir les négociations.

Le DRH du groupe a, en effet, quitté la clinique mercredi dernier, refusant d’entendre les revendications portées par le personnel.

Ce jour, les événements ont pris un tour dramatique. En effet, un médecin cardiologue a délibérément renversé, avec son véhicule, le Secrétaire général de l’Union syndicale départementale de la santé et de l’action sociale CGT et heurté une seconde salariée.

Notre camarade est, en ce moment même, pris en charge par le service des urgences. La seconde salariée est en Incapacité Temporaire de Travail (ITT) pour 3 jours.

Au-delà de l’émotion suscitée par cette agression, la confédération CGT, sa Fédération de la santé et de l’action sociale, son Union départementale des Hautes-Pyrénées, condamnent et dénoncent un acte d’une extrême violence qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques.

La reprise des négociations, enfin annoncée pour demain, est tardive mais impérative. Elles devront être loyales et sérieuses, en présence d’un représentant de la préfecture et de l’Agence Régionale de Santé (ARS). Elles doivent désormais aboutir dans les plus brefs délais.



Article mis en ligne le 29 novembre 2016 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68