"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2358888 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mardi 18 juillet 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
L’Ormeau : le contre-exemple d’une politique de santé publique responsable

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


L’Ormeau : le contre-exemple d’une politique de santé publique responsable



7ème semaine de grève et le mouvement des salariés grévistes de la polyclinique de l’Ormeau, à Tarbes (Hautes-Pyrénées), ne faiblit pas. Bien au contraire, aujourd’hui, ils se sont rassemblés devant l’Agence régionale de Santé de Montpellier afin de pousser l’État à prendre ses responsabilités dans un dossier qui concerne la santé de toutes et tous et la reconnaissance des qualifications des salariés qui remplissent des missions de service public.

Il ne suffit pas de se féliciter d’une baisse momentanée du nombre de privés d’emplois, encore faut-il agir pour améliorer les conditions de travail et les politiques salariales. En effet, dans ce dossier comme dans beaucoup d’autres, l’État a fait le choix d’organiser un monopole régional d’offres de soins, confié au groupe privé MédiPôle et de lui apporter des capitaux (via le CICE, la BPIfrance et la Caisse des dépôts et consignations) sans aucune contrepartie.

Les salariés de la polyclinique refusent de subir les conséquences de cette logique purement financière (avec en préparation la future cotation du groupe en Bourse) et se battent pour exercer leurs missions dans les meilleures conditions possibles. Ils continuent d’exiger l’arrêt de la réorganisation voulue par leur direction qui prévoit non seulement de rogner sur les acquis en supprimant la rémunération des temps de repas et de travail de nuit (33,6 heures payées 35h) mais aussi d’instaurer une polyvalence en vue de réaliser des économies sur la masse salariale.

Les salariés veulent une autre répartition des richesses et exigent une revalorisation salariale significative accompagnée d’un véritable déroulement de carrière.



Article mis en ligne le 27 décembre 2016 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68