"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2341981 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mardi 13 juin 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Reprise des négociations assurance chômage : la CGT s’engage pour des droits à la hausse

Quoi de neuf ailleurs ?

article précédent    article suivant


Reprise des négociations assurance chômage : la CGT s’engage pour des droits à la hausse



Le MEDEF a consenti à reprendre les négociations et a admis du bout des lèvres qu’il était légitime que tous les syndicats de salariés demandent une discussion sur les contrats courts.

La phase de "diagnostic", même si le MEDEF l’avait initialement proposée pour gagner du temps, a permis d’entendre différents experts dont plusieurs ont montré la récurrence des contrats de plus en plus courts (CDD, intérim, etc.). Une étude du CESE a montré la violence de l’impact du chômage sur les demandeurs d’emploi et leur entourage.

La CGT s’engage dans cette négociation express (quatre réunions du 7 au 28 mars) en portant plusieurs revendications :
- conclure une convention de longue durée, au minimum quatre ans pour sortir de l’incertitude et du chantage ;
- pénaliser le recours aux contrats de plus en plus brefs au profit de contrats longs et surtout de CDI ;
- déplafonner les cotisations sur les salaires de plus de 12000€/mois (au nom de "l’équité" tant claironnée par le patronat) ;
- veiller à l’égalité entre femmes et hommes, en supprimant les écarts de salaires et en maintenant la borne d’âge de 50 ans qui permet le passage de 24 à 36 mois ;
- revoir les exemptions d’assiette qui font perdre jusqu’à 3 milliards d’euros de recettes (épargne salariale, intéressement, etc.).

Pour la CGT, la négociation doit aboutir à un texte améliorant la protection sociale des privé-e-s d’emploi et aller vers une sécurité sociale professionnelle qui garantirait un revenu à tou-te-s les salarié-e-s avec ou sans emploi. L’équilibre des comptes implique une véritable politique de l’emploi et de nouvelles recettes !

La CGT, dans la recherche de l’unité syndicale, continuera de veiller sur les droits des salariés privés d’emploi.



Article mis en ligne le 16 février 2017 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68