"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2428431 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Le Drapeau

Musique engagée

article précédent    article suivant

Le Drapeau






Par Tagada Jones

Qu’ils soient verts, jaunes ou bleus, tout ça nous importe peu Qu’ils soient laids qu’ils soient beaux, faits d’étoiles ou de logos, Rares sont ceux qui ne sont pas salis, souillés par le sang d’anciennes tragédies, A la mémoire de nos frères victimes d’un fléau, on chie sur la couleur de vos drapeaux !

Trop de traditions, de convictions, de patriotes ou de répressions Trop de dictats et de religions, On ne veut plus de clans, de bons, de méchants, On ne veut plus de noirs, on ne veut plus de blancs, Plus de militaires ni de frontières

Quelque soit le teint de nos pauvres peaux, On crache à la face de vos idéaux, On ne craint ni les menaces ni le chaos, Nous sommes le futur et vous que des mots, A la mémoire de nos frères victimes d’un fléau, on chie sur la couleur de vos drapeaux !

Femmes et enfants arrachent des cris, Décapités, violés par les ennemis de la vie ? Au nom de quoi, au nom de qui ? pouvons-nous laisser faire de telles infamies ?

Quelque soit le teint de nos pauvres peaux, On crache à la face de vos idéaux, On ne craint ni les menaces ni le chaos, Nous sommes le futur et vous que des mots, A la mémoire de nos frères victimes d’un fléau, on chie sur la couleur de vos drapeaux !



Article mis en ligne le 28 mars 2007 par Louis

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68