"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2428425 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Le bien et le mal ont été inversés

Musique engagée

article précédent    article suivant

Le bien et le mal ont été inversés






par Dead Trinity

J’aurais du apprendre pour comprendre

Par le Comité Libérez-les !

Lorsqu’ils ont arrêté les sans papiers

Je me suis tu, j’avais des papiers

Lorsqu’ils ont arrêté leurs soutiens

Je me suis tu, je n’étais pas concerné

Lorsqu’ils ont arrêtés les syndicalistes

Je me suis tu, je n’étais pas syndiqué

Lorsqu’ils ont arrêté les communistes

Je me suis tu, j’étais un peu sarkozyste

Lorsqu’ils ont arrêté les anticolonialistes

Je me suis tu, j’étais plutôt socialiste

Lorsqu’ils ont arrêté les chômeurs

Je me suis tu, j’avais un labeur

Lorsqu’ils ont envoyé des jeunes à la guerre

Je me suis tu, je n’avais pas d’enfants

Et puis un jour, J’ai perdu mon travail

Il n’y avait plus de syndicalistes

Plus personne pour protester

Il n’y avait plus de communiste

Alors, ils voulaient m’envoyer à la guerre

Je m’étais caché, j’avais pris peur et déserté

Et j’ai choisi la fuite vers un autre pays

Celui qui m’aurait compris

Mais ils m’ont arrêté, j’étais un sans papiers

J’ai voulu expliquer mais ils m’ont expulsé

A mon arrivée, il n’y avait personne

Triste réalité, plus personne pour témoigner

Alors ils m’ont battu et emprisonné

Plus personne pour entendre celui qui s’était tu,

Et demain, dans le silence du matin, ils vont me fusiller.

J’aurais du apprendre pour comprendre

Qu’il n’est jamais trop tard pour s’engager et lutter

Et que la guerre de classes est belle et bien une réalité.



Article mis en ligne le 22 septembre 2007 par Louis

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68