"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2412836 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Economie sociale : le ministère du Travail doit cesser de s’opposer à l’extension de l’accord sur la formation professionnelle

Infos du médico-social

article précédent    article suivant


Economie sociale : le ministère du Travail doit cesser de s’opposer à l’extension de l’accord sur la formation professionnelle



Le ministère du Travail, par son absence de réponse, refuse d’agréer l’accord interbranches sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l’Economie sociale signé, le 22 septembre 2006, entre, d’une part, trois confédérations syndicales (CFDT, CGT, CFTC) et, d’autre part, l’USGERES, l’UNIFED et le GEMA, les trois groupements d’employeurs du secteur de l’Economie sociale.

Ce refus se traduit par l’impossibilité d’engager la procédure d’extension de cet accord auprès des deux millions de salariés de l’Economie sociale (associations, mutuelles, coopératives, fondations).

La CGT proteste contre cette décision ministérielle, laquelle vise à empêcher l’application pleine et entière d’un accord qui, dans le secteur de l’Economie sociale, était le premier du genre à vocation interprofessionnelle. Ce sont, en particulier, les salariés des très petites en-treprises du secteur qui sont ainsi privés de dispositions conventionnelles plus favorables que la loi.

La décision ministérielle s’explique aussi par le refus des pouvoirs publics de reconnaître les employeurs de l’Economie sociale, au nombre de 210.000, en tant qu’acteurs, autonomes du MEDEF, de la négociation collective sur le champ interprofessionnel.

La CGT proteste contre ce soutien implicite apporté par les pouvoirs publics à la prétention hégémonique du MEDEF à se revendiquer représentatif de l’ensemble des employeurs. Elle appelle ses fédérations les plus concernées à intervenir auprès du ministère du Travail.



Article mis en ligne le 13 novembre 2007 par Laurent

Popularité de l'article :
1%

lespapillonsblancs68