"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2406592 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Les Jardins de Bagatelle (Paris) : des sans papiers étaient employés comme auto-entrepreneurs

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Les Jardins de Bagatelle (Paris) : des sans papiers étaient employés comme auto-entrepreneurs


Une centaine de salariés sans papiers ont envahi pacifiquement mercredi un grand restaurant parisien pour dénoncer l’emploi de travailleurs sans papiers recrutés avec le statut d’auto-entrepreneurs.

Ce restaurant cossu au cœur d’un des plus jolis parcs de la capitale, employait essentiellement comme commis et plongeurs, onze travailleurs sans papiers, quatre en CDI, trois en "extra" plus ou moins déclarés et trois déclarés comme "auto-entrepreneurs", a précisé Raymond Chauveau (CGT) qui a engagé des négociations avec la direction qui s’est "engagée à remplir les formulaires Cerfa pour les demandes de régularisation auprès de la préfecture et à signer des CDI à tous".

Sur France Inter, le directeur d’exploitation Yannick Rigaud a expliqué avoir donné le choix à ces travailleurs étrangers de travailler en "extra" ou comme "auto-entrepreneur".

Ce n’est pas la première affaire qui met en lumière le fait que des bonnes tables de la capitale employait des sans papiers au restaurant La Grande Armée, des brasseries Costes, Chez Papa, La Tour d’Argent ou le salon de thé de la maison Ladurée aux Champs-Elysées. Mais la nouveauté de cette affaire réside dans l’usage détourné du statut d’auto-entrepreneur, créé en 2009. Il permet de développer une activité sans aucun contrat de travail en ne payant des impôts et des cotisations sociales qu’à partir du moment où il ya chiffre d’affaire.


Brève mise en ligne le 18 mars 2010