"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2409839 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Dans l’éducation, poursuivre la mobilisation

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Dans l’éducation, poursuivre la mobilisation


Les enseignants de l’académie de Créteil sont de nouveau dans la rue, aujourd’hui 18 mars et manifesteront en direction du ministère de l’éducation nationale.

Devant l’immobilisme et les provocations de Luc Chatel, ministre de l’éducation, qui s’obstine dans sa politique de suppression de postes, dans sa politique de réformes toutes plus libérales les unes que les autres, il n’y a pas d’autre solution que la mobilisation avec comme objectif un mouvement d’ensemble de tous les personnels.

Avec les prévisions démographiques qui font état d’une remontée des effectifs-élèves dans le second degré, à commencer par les collèges, les 16000 suppressions prévues à la rentrée 2010 ne pourront qu’aggraver considérablement les conditions de travail des enseignants.

La pression pour accepter un fort volume d’heures supplémentaires va s’accroître. Dans cette situation, les rectorats vont avoir recours à l’embauche de nouveaux personnel précaires. Le scandale du non remplacement des enseignants absents, que ce soit dans le 1er ou le second degré, n’est pas prêt de trouver une solution.

L’avenir du service public d’éducation est en jeu. Il faut mettre fin au jeu de massacre d’un gouvernement qui est prêt à envoyer devant des élèves des enseignants non formés et non préparés à leur métier.

Il y a urgence à bâtir un grand mouvement d’ensemble réunissant personnels de l’éducation, lycéens et parents d’élèves.

Le 23 mars doit être une étape pour construire ce grand rassemblement de lutte.


Brève mise en ligne le 18 mars 2010