"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2411282 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Ni Pauvres, ni Soumis : manifestations partout en France samedi 27 mars

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Ni Pauvres, ni Soumis : manifestations partout en France samedi 27 mars


Le collectif NPNS lance un appel à tous les citoyens touchés ou révoltés par l’injustice sociale à manifester partout en France le 27 mars 2010.

Des manifestations sont prévues dans les grandes villes de France : Paris, Nantes, Saint-Nazaire, Toulouse, Angers, Grenoble, Orléans, Perpignan, Evreux, Lille, Lyon, Dijon, Bordeaux, Caen, Metz, Rennes, Marseille, Le Mans et Strasbourg.

Deux ans après le lancement du mouvement "Ni pauvre, ni soumis" (NPNS), le constat d’extrême pauvreté des personnes en situation de handicap ou atteintes de maladie invalidante n’a pas changé. Pire encore, ces personnes déjà en situation difficiles doivent désormais payer des frais supplémentaires (hausse du forfait hospitalier, franchises médicales, fiscalisation des indemnités du travail, déremboursement de certains médicaments…), sans compter le coût de la vie qui ne fait qu’augmenter ! le collectif Ni pauvre, ni soumis demande urgemment au président de la République et au gouvernement :
- la création du revenu d’existence : un revenu au moins égal au montant du SMIC. Ce revenu doit être indépendant des ressources du conjoint, du concubin, de la personne avec laquelle un pacte civil de solidarité a été conclu, ou encore des personnes vivant sous le même toit, et ce, quel que soit le lieu de vie (domicile propre, établissement, chez un tiers) ;
- l’augmentation du seuil d’accès à la CMU complémentaire pour que les "oubliés" de la CMU puissent avoir une couverture complète de leurs dépenses de santé, notamment les bénéficiaires de l’Allocation Adulte Handicapé, de l’Allocation Supplémentaire d’Invalidité ou de l’Allocation Supplémentaire Personnes Âgées ;
- la suppression des mesures de "régressions sociales" ;
- la suppression de toutes charges liées aux soins des personnes les plus fragilisées : suppression des franchises médicales, de l’augmentation du forfait hospitalier… ;
- la suppression de la fiscalisation des indemnités journalières perçues par les victimes du travail, soit 720000 personnes par an.


Brève mise en ligne le 26 mars 2010