"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2439829 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Cynisme et indécence chez Continental : reclassements à 137€ en Tunisie !

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Cynisme et indécence chez Continental : reclassements à 137€ en Tunisie !


Les indécentes propositions de reclassement faites par des entreprises à leurs salariés dans le cadre de plans "sociaux" ont maintes fois défrayé la chronique et suscité l’écoeurement. Cette fois, c’est le fabricant de pneumatiques Continental qui vient de proposer à ses salariés de l’usine de Clairoix (Oise), licenciés dans le cadre d’un PSE, des postes au sein du groupe en Tunisie à 137€ par mois.

Évidemment, cette proposition est qualifiée de "provocation" par la CGT de l’usine. Il faut dire que Continental ne se contente pas de cette "offre" lamentable. Elle se targue en effet de se mettre dans les clous du code du travail : "Il y a une obligation de proposer tout poste disponible en interne correspondant aux compétences des salariés et pour lesquels la langue n’est pas une barrière", tente de justifier un responsable de la communication du groupe. Selon lui, l’entreprise s’expose soit à des poursuites devant les tribunaux si elle ne propose pas ces postes, soit à l’indignation du grand public si elle fait ces propositions jugées indécentes.


Brève mise en ligne le 30 mars 2010