"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2440427 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Petite enfance : face à la colère des professionnels, Morano s’enlise dans le déni

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Petite enfance : face à la colère des professionnels, Morano s’enlise dans le déni


La secrétaire d’Etat à la Famille semble avoir choisi le déni devant l’ampleur de la mobilisation contre son projet d’assouplissement des règles d’accueil des enfants en crèche. Alors que 10000 personnes ont manifesté entre Port-Royal et le secrétariat d’Etat à la Famille et que les fermetures de crèches ont été très nombreuses partout en France, Nadine Morano n’a vu qu’un mouvement qui "s’essoufle".

On a par exemple recensé 55 crèches sur 60 à Marseille touchées par le mouvement (contre 50 le 11 mars), tandis qu’à Bordeaux, on comptait 27 crèches touchées. A Strasbourg, la plupart des crèches sont restées fermées entièrement ou partiellement et environ la moitié à Limoges ou à Lyon, dans des proportions comparables à la dernière journée de mobilisation. Plus de la moitié des crèches municipales de la capitale ont été touchées à des degrés divers.

Devant un mouvement qui ne se dément pas, Nadine Morano donne tous les signes d’un passage en force. Elle a répété qu’elle ne modifierait pas le décret, qui permettra d’augmenter ponctuellement les capacités d’accueil des crèches et de réduire le nombre de personnels diplômés (auxiliaire de puériculture, éducateur de jeunes enfants…) au profit de personnels moins qualifiés, comme les titulaires de CAP Petite enfance.

Le bras de fer risque de continuer au dessus des berceaux car le collectif de professionnels, de syndicats et d’associations "Pas de bébé à la consigne !" (auquel participent la CGT et la FSU) "restera mobilisé jusqu’au retrait du décret".


Brève mise en ligne le 9 avril 2010