"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Voeux 2018

    La section syndicale CGT de l’Adapei-Papillons Blancs d’Alsace vous présente ses meilleurs vœux de Liberté, d’Égalité, de Solidarité, de Justice et de Paix…

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2464137 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le jeudi 4 janvier 2018
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Aéroport de Roissy-Charles de Gaulle : licencié pour avoir accepté de la nourriture

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Aéroport de Roissy-Charles de Gaulle : licencié pour avoir accepté de la nourriture


C’est le 1er juillet prochain que le conseil des Prud’hommes de Bobigny rendra sa décision concernant le licenciement en 2008 d’un chauffeur de car de la STSA à qui son entreprise reproche d’avoir accepté de la nourriture de la part du personnel naviguant d’Air France.

Cet homme de 56 ans, Samuel Sallaoui, a expliqué devant les juges du travail le 13 avril que ces denrées lui avaient été "offertes" par le personnel naviguant de la compagnie. "Ces denrées étaient destinées à être jetées", a expliqué son avocate, assurant que ces dons sont "une pratique admise dans la profession". Samuel Sallaoui a précisé que cette nourriture était ensuite partagée entre collègues, en l’absence de cantine.

M. Sallaoui a été licencié pour "non-respect des règles de sécurité et de sûreté" et pour "comportement de nature à nuire à la réputation de la société". Mais pour son avocate de M. Sallaoui, "la réalité, c’est qu’on s’est débarrassé de lui à moindre coût".

Ce salarié demande sa réintégration et des dommages et intérêts à hauteur de 34125€, ou, s’il n’y a pas réintégration, des indemnités à hauteur de 84000€ environ.


Brève mise en ligne le 14 avril 2010