"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2408332 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Rencontres avec les syndicats de fonctionnaires : Woerth n’a rassuré personne sur ses intentions

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Rencontres avec les syndicats de fonctionnaires : Woerth n’a rassuré personne sur ses intentions


De "pas confiants" à "inquiets", les syndicats de fonctionnaires qui sont sortis lundi des consultations avec le ministre du Travail sur la réforme des retraites, n’ont pas du tout été rassurés par Eric Woerth. Même si celui-ci assure la main sur le cœur :"Il ne faut pas opposer salarié du privé et fonctionnaires."

Jeudi, il avait répété vouloir une réforme des retraites "efficace" et "juste", estimant que le fait "qu’il y ait des règles différenciées entre public et privé n’est pas en soi choquant". Mais après les consultations d’hier, il ne semble pas avoir rassuré ses interlocuteurs.

"Nous avons toutes les raisons sinon d’avoir peur, en tout cas d’être inquiets sur les réformes qui vont nous être proposées", a déclaré Jean-Marc Canon, responsable de l’union générale des fédérations de fonctionnaires CGT. "Nous avons fait savoir au ministre que si sur l’ensemble de nos propositions aucune n’était entendue et si on continuait à avoir des réformes que nous considérons comme régressives, bien entendu la CGT prendra toutes ses responsabilités en terme de mobilisation des salariés du privé comme du public", a-t-il déclaré.

Pour l’UGFF-CGT, "depuis 1993, les réformes successives ont demandé beaucoup aux salariés et ont beaucoup exonéré les profits des entreprises" et "nous n’avons pas aujourd’hui de réponses du ministre qui nous permettent de penser qu’on va conduire des réformes sur les retraites qui aillent dans un sens radicalement différent de celles qui sont intervenus depuis 93. […] Si on nous laisse entendre que ce qui sera proposé sera de même nature que ce qui a prévalu depuis 10 ou 15 ans, -à savoir demander aux salariés du public comme du privé, toujours plus pour percevoir toujours moins-, la CGT ne sera pas partie prenante de ce qu’elle considérera comme une nouvelle régression", a insisté Jean-Marc Canon.


Brève mise en ligne le 27 avril 2010