"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2406723 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Agences de notation : des milices privées au service du capital

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Agences de notation : des milices privées au service du capital


L’annonce de la dégradation de la note attribuée à certains États comme le Portugal ou la Grèce ou l’Espagne par les fameuses agences de notation n’en finit pas de faire couler de l’encre, de justifier des séances de marchés boursiers à la baisse. Les "spécialistes" écument les plateaux de télé pour prédire que même la France ne serait pas à l’abri d’une telle annonce.

Ces affaires ne sont pas sans rapport avec la réforme des retraites dans laquelle le gouvernement a engagé le pays, pas plus qu’avec la politique de "réduction des dépenses publiques".

C’est ainsi que dans une récent interview au Journal du Dimanche, puis à plusieurs reprises ces derniers jours, le secrétaire général de la CGT a rapproché les deux dossiers. Dans le JDD, Bernard Thibault accuse le gouvernement "d’empêcher un vrai débat transparent sur les solutions à apporter aux régimes de retraite. Il semble plus préoccupé de faire une réforme pour donner des gages aux agences de notation, ces milices privées qui font pression sur la Grèce, le Portugal ou l’Espagne pour baisser les dépenses sociales et préserver les intérêts du capital au détriment des salariés".

Ce jeudi 29 avril, le secrétaire général de la CGT a renouvelé lors des 4 Vérités sur France 2 cette charge contre ces officines obscures, autoproclamées dont les notes provoquent des séismes financiers, économiques et sociaux dévastateurs.

Cliquez ici pour regarder l’extrait


Brève mise en ligne le 29 avril 2010