"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2411639 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Un sommet anti-social

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Un sommet anti-social


La stratégie du brouillard menée par le gouvernement au sujet de la contre-réforme des retraites ne peut masquer l’accentuation de sa politique anti-sociale confirmée lors de la réception des organisations syndicales à l’Elysée le 10 mai.

En plein rebond de la crise économique, une des décisions annoncées par N. Sarkozy c’est la récupération de 2, 5 milliards d’€ sur le dos de 10 millions de personnes par la suppression de la prime de solidarité active de 200€, des bons d’achat de services à la personne, d’une prime de 150€ destinée aux familles à revenus modestes, du rétablissement des deux derniers tiers de l’impôt dont plus de 5 millions de foyers fiscaux avaient été exonérés.

Joint au gel des dépenses publiques pendant 3 ans, déjà annoncé par le premier ministre, ces mesures illustrent totalement le début d’une politique d’austérité que gouvernement durcira au fur et à mesure que se mettra en place cette politique en Europe.

En effet, les politiques de régression sociale s’étendent partout en Europe. C’est d’ailleurs la condition pour bénéficier du plan d’aide de 750 milliards d’€ adopté par l’Union européenne.

Racket au profit des marchés financiers, des banques, sacrifices supplémentaires pour les salariés, la population, ça suffit.

La riposte doit s’organiser en France et en Europe pour refuser que ce soit les salariés qui payent la crise.


Brève mise en ligne le 11 mai 2010