"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2407370 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
GRDF Toulouse : la justice ordonne la réintégration de Rodolphe Barres

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

GRDF Toulouse : la justice ordonne la réintégration de Rodolphe Barres


La justice a ordonné la réintégration d’un gréviste de GrDF liciencié arbitrairement pour fait de grève. La CGT a livré une lutte de grande ampleur pour s’opposer à la remise en cause des libertés syndicales et du droit de grève des agents. Elle est donc pleinement heureuse de cette issue juridique.

Ce 11 mai 2010, aux termes d’une ordonnance de référé rendue par le juge départiteur du Conseil de Prud’hommes de Paris, il a été ordonné la réintégration sous 24 heures de Rodolphe Barres à son poste de travail ainsi que le paiement sous 72 heures de ses salaires dus à compter de la notification de la décision de mise à la retraite d’office.

"C’est une grande victoire pour toutes celles et tous ceux qui se sont engagés dans une lutte de longue haleine, soutenue par l’organisation syndicale CGT", assure la fédération des Mines et de l’Energie. "C’est une victoire éclatante également pour Rodolphe, et sa famille, qui est aujourd’hui rétabli dans ses droits. […] Cette décision nous conforte sur les légitimes revendications du personnel, qui rappelons-le, a lutté en 2009, pour stopper l’externalisation des activités, pour développer l’emploi et obtenir une amélioration du pouvoir d’achat. […] elle doit nous encourager à poursuivre notre mobilisation pour défendre les libertés syndicales et le droit de grève, et tous nos camarades qui sont toujours sous le coup de procédures disciplinaires."

Au vu de la décision, la FNME-CGT espère que les directions ne feront pas appel et ne "continueront pas à adopter une attitude illégitime".


Brève mise en ligne le 18 mai 2010