"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2440786 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
La Blanche Porte : grève pour les salaires, les conditions de travail et l’embauche des précaires

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

La Blanche Porte : grève pour les salaires, les conditions de travail et l’embauche des précaires


A l’appel de la CGT, un quart de l’effectif du site des Francs de l’entreprise de vente par correspondance s’est mobilisé jeudi 20 mai.

"On a débuté les négociations avec la direction il y a un mois", explique Nathalie Verkindere, déléguée syndicale CGT. "On souhaite une augmentation de salaire. On veut 1600€ net, un salaire à la hauteur de nos besoins pour vivre décemment. Au bout de 21 ans de boîte, je ne gagne que 1100€ et je n’ai jamais connu de réelle augmentation".

De son coté la direction leur propose une revalorisation salariale de 0,7% soit moins de 5€.

A cela s’ajoutent des conditions de travail dégradées. La CGT dénonce "les accidents de travail, le stress et les dépressions. On nous met la pression, on nous en demande toujours plus, les cadences sont infernales. Les gens sont à bout", explique Élisabeth Declercq.


Brève mise en ligne le 25 mai 2010