"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2409883 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Quand le gouvernement massacre l’éducation

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Quand le gouvernement massacre l’éducation


Le scandale est à la mesure de l’énormité des propositions. Divulguée récemment, une note du ministère, en date du 5 mai, à destination des rectorats, suscite indignation et colère chez tous ceux qui sont attachés au service public d’éducation.

Il, s’agit ni plus ni moins que d’organiser la suppression de postes d’enseignants et de personnels, entre 2011 et 2013, sur un rythme semblable à celui de 2010, à savoir 16000 par an.

Tous les moyens sont bons pour diminuer les coûts de la politique d’éducation : - augmentation du nombre d’élèves par classes pour empêcher des ouvertures de classes,
- limitation des besoins en remplacement,
- transformation des heures qui correspondent à des postes en heures supplémentaires,
- liquidation des personnels spécialisés comme les Rased,
- réduction de la scolarisation des moins de 3 ans,
- développement du recours aux non-titulaires, aux personnels précaires et aux étudiants,
- révision à la baisse l’offre de formation pour l’enseignement professionnel et technologique.

Les victimes de cette politique de destruction du système éducatif seront aussi bien les jeunes que les personnels.

Elle est dans la droite ligne de la "lettre aux éducateurs" du président Sarkozy en septembre 2007.

C’est la mise en œuvre de la RGPP dans l’éducation, utilisée pour mettre en pratique le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux.

Nous dénonçons cette politique de massacreurs de l’éducation qui ne peut que faire le lit de l’enseignement privé sous toutes ses formes.

Il faut absolument faire barrage à cette opération ministérielle qui va aggraver considérablement la situation de l’école publique.


Brève mise en ligne le 1er juin 2010